Mouvement du Nid

5 avril 2007

À Lyon, contre le "déplacement" des personnes prostituées

La Délégation du Rhône se fait pour l’occasion porte-parole des personnes prostituées en opposant à un arrêté prefectoral injuste, uniquement dicté par la pression des riverains, l’exigence d’une politique plus ambitieuse.

une action de la Délégation du Rhône

L’arrêté de monsieur Gérard Collomb, maire de Lyon, contre le stationnement des camionnettes dans le quartier de Perrache a produit les effets habituels : le déplacement des personnes prostituées sans pour autant agir sur le phénomène prostitutionnel. La Délégation du Mouvement du Nid du Rhône a interpellé le maire.

Les faits sont désormais bien connus et se répètent dans plusieurs villes. Quand la pression des riverains est trop forte, lassés du regroupement des personnes prostituées, des voitures de clients qui passent et tournent, ralentissent, stoppent et perturbent la circulation, les maires sont tentés de prendre un arrêté municipal contre les « fauteuses de troubles » : les personnes prostituées... C’est ce qui s’est de nouveau produit à Lyon début octobre.

La Délégation du Mouvement du Nid du Rhône s’est adressée au maire lui demandant de trouver enfin des solutions à la situation des personnes prostituées, laquelle se déteriore un peu plus chaque année.

Extrait :
« Nos rencontres avec les personnes en situation de prostitution nous permettent de dire que beaucoup d’entre elles vivent dans une très grande précarité  » déclarent les membres du Mouvement. « La plupart sont d’origine étrangère, sans formation et certaines ont des enfants en France. Quelques unes même vivent dans leur camionnette n’ayant pas d’autre logement. Elles se heurtent à leur manque de qualification et au racisme lorsqu’elles souhaitent s’en sortir...

L’arrêté que vous venez de prendre les projette encore un peu plus dans la précarité et les expose à plus de violence et d’insécurité, n’ayant pas d’autres solutions actuellement que de poursuivre leur prostitution. Elles expriment leur désir d’avoir un médiateur qui serait en mesure de comprendre leurs attentes et leurs besoins... »

La Délégation, consciente qu’une politique sociale ambitieuse face à la réalité prostitutionnelle sur Lyon prendra du temps, a proposé au maire qu’il engage des mesures :

- la possibilité pour les personnes prostituées de mettre leurs camionnettes à l’abri sans risque d’une mise en fourrière.
- des offres de formation en vue de trouver un travail pour celles qui le souhaitent.
- une prise en compte spécifique par les services sociaux des cas de femmes qui n’ont pas de logement.
- le rappel à tous les services amenés à rencontrer les personnes prostituées de la nécessité de les traiter avec respect et humanité et non pas comme des objets que l’on déplace pour les cacher au regard du Public.

On peut se féliciter que la démarche du Mouvement du Nid ne soit pas restée lettre morte puisque plusieurs rencontres avec des élus municipaux et diverses associations ont été organisées. Plusieurs propositions vont faire l’objet d’études approfondies. À suivre !

Réseaux sociauxFBTweet

Nos vidéos