Mouvement du Nid

9 octobre 2013

Abolition de la prostitution : À Paris comme à Bruxelles, un soutien historique des parlementaires !

Réunis en parallèle à Bruxelles et à Paris la semaine dernière, les Parlementaires françaisES et européenNEs ont franchi une étape décisive dans la lutte contre le système prostitueur et le soutien à ses victimes. En quelques semaines, plus de 50 eurodéputéEs de tous bords et pays et plus de 100 parlementaires et responsables politiques français se sont engagés pour une nouvelle politique abolitionniste.

Bruxelles

A la suite de 200 associations issues de 27 Etats membres de l’Union européenne, 53 eurodéputéEs se sont engagés pour une Europe libérée de la prostitution en signant l’Appel de Bruxelles à l’issue d’une rencontre abolitionniste internationale organisée au Parlement européen le 1er octobre 2013.
L’eurodéputée socialiste anglaise Mary Honeyball, a déposé le 2 octobre 2013 son rapport sur Prostitution, exploitation sexuelle, et leur impact sur l’égalité. Ce rapport, dans la continuité de la résolution du Parlement européen du 6 février 2013 qualifie la prostitution de violence faite aux femmes et de violation des droits humains. Il prône notamment l’adoption du modèle suédois par les Etats membres.

Paris

Le même jour à Paris, le groupe socialiste à l’Assemblée nationale a décidé de déposer une proposition de loi globale renforçant la lutte contre le système prostitutionnel et le soutien apporté à ses victimes.
Cette proposition de loi, déposée le 9 octobre par Catherine Coutelle, Présidente de la délégation aux droits des femmes, et les députÉes Maud Olivier, Marie-George Buffet et Guy Geoffroy, intègre quatre axes forts :

  • Renforcer les moyens de lutte contre le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle ;
  • Améliorer la protection des victimes de la prostitution et créer un parcours de sortie de la prostitution ;
  • Développer des actions d’éducation et d’information pour prévenir le recours à la prostitution ;
  • Sanctionner l’achat d’acte sexuel.

Cette proposition de loi socialiste s’inscrit dans le cadre d’un travail parlementaire plus large mené depuis 2010 par des députéEs de tous bords, comme l’illustrent les adoptions à l’unanimité des rapports Bousquet-Geoffroy, Olivier et de la résolution du 6 décembre 2011 réaffirmant la position abolitionniste de la France en matière de prostitution.

Plus de 100 parlementaires et responsables politiques de tous bords se sont aujourd’hui engagés pour l’abolition du système prostitueur en :
- signant l’Appel Abolition 2012 ;
- signant la tribune transpartisane Prostitution : mobilisons-nous pour une loi d’abolition ! (Le Monde, 20/09/13)
- s’engageant dans le débat public ou lors de sessions à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Réseaux sociauxFBTweet

Nos vidéos