Mouvement du Nid

Le 10 mars 2020

Des personnes prostituées agressées et réduites au silence dans des manifestations du 8 mars

Violences physiques, violences verbales, arrachages de pancartes. Au moins trois survivantes de la prostitution et plusieurs bénévoles d’associations abolitionnistes dont le Mouvement du Nid ont été agressées le 8 mars 2020 lors des manifestations de lutte pour les droits des femmes.
Le Mouvement du Nid adresse un message fort de soutien aux victimes et dénonce fermement ces agressions qui visent à faire taire les survivantes de la prostitution.

Des femmes qui ont le courage de témoigner et de s’élever contre un système prostitueur qui fait dans le monde des millions de victimes, femmes et enfants en premier lieu.
La Présidente du Mouvement du Nid, Claire Quidet, s’insurge : « Aujourd’hui des personnes qui ont le courage d’exprimer les violences qu’elles ont vécues dans la prostitution sont insultées et même agressées physiquement. Parce qu’elles osent une vérité bien loin du diktat du lobby "pro travail du sexe", qui sert les intérêts et les profits des proxénètes et des prostitueurs, tout semble permis pour les réduire violemment au silence".

“C’est tellement plus confortable pour la société de ne pas entendre cette parole”, confirme Stéphanie Caradec, directrice de l’association qui accompagne chaque année plus de 1300 victimes de prostitution. “Les associations qui accueillent et accompagnent de manière inconditionnelle les personnes prostituées sont malmenées, diffamées, ce qui complique notre travail de terrain en soutien à ces personnes. C’est inadmissible et il faut que ces violences cessent”.

Dans le contexte de la libération de la parole des femmes suite au mouvement #Metoo, il est insupportable que celle des plus opprimées d’entre elles soit non seulement peu entendue, mais réduite à néant, censurée.

Témoignages recueillis par le Mouvement du Nid

  • A Paris, M.,une survivante de la prostitution qui manifestait auprès du Collectif Abolition Porno Prostitution a été frappée au visage. Elle raconte :
    “À 17h, j’étais, avec une amie du Collectif Abolition Porno Prostitution en train de déballer une banderole pour accueillir l’arrivée de la marche Place de la République.
    Tout s’est passé très vite. J’ai vu arriver en courant, derrière mon amie, une quinzaine de personnes vêtues de noir. Elles ont crié "c’est là, c’est elles !". Mon amie s’est pris un coup de pied dans le dos et s’est effondrée par terre. On nous a arraché notre banderole. J’ai voulu me relever pour la retenir, mais une femme m’a frappée au visage. S’en est suivi une mêlée, je prenais des coups sans savoir si j’avais une, deux ou trois personnes sur moi. J’ai repris mes esprits maintenue au sol, dans une flaque, par l’un des CRS qui a stoppé l’agression. D’autres amies du collectif qui se trouvaient un peu plus loin avaient suivi la scène, choquées. Quelqu’un est venu leur demander "C’est ici l’assaut contre les abolos ?"
    .

Les victimes de cette agression ont ensuite porté plainte. Deux d’entre elles ont du passer la nuit aux urgences.

  • A Toulouse, Fiji, une survivante de la prostitution qui tenait une pancarte abolitionniste, a été attaquée par des femmes en rollers qui ont tenté de la lui arracher. Heureusement, les manifestantes autour d’elle sont immédiatement intervenues pour la protéger. Elle est très choquée.
  • A Marseille, une bénévole du Mouvement du Nid a été violemment prise à partie :
    “3 femmes, plutôt jeunes, ont sauté sur ma pancarte pour me la tirer et me l’arracher violement. D’autres femmes ont tentè de les en dissuader mais elles étaient trop virulentes”.
  • A Bruxelles enfin, des manifestantes ont scandé « mort aux fachos, mort aux abolos » (cf la vidéo) ci-jointe.
    E., survivante de la prostitution qui était dans le cortège témoigne :
    “je me suis prise la violence d’un prostitueur qui m’a entraînée dans des actes de prostitution, le stigmate de la prostitution et maintenant je suis incitée à mourir en manif pour les droits des femmes parce que je souhaite dénoncer la violence subie”.

Réseaux sociauxFBTweet

Nos vidéos