Mouvement du Nid

28 novembre 2019

Hauts-de-Seine : un procès fictif aux Assises pour mieux cerner la prostitution des mineur•es

Cette initiative inédite veut donner des outils de compréhension à tous ceux qui peuvent être amenés à rencontrer des jeunes mineur•es en danger afin de mieux identifier, défendre et orienter les victimes.

une action de la Délégation des Hauts-de-Seine

Infos pratiques

Entrée gratuite sur inscription auprès de la délégation (munissez-vous de votre carte d’identité)

Le jeudi 28 novembre 2019
De 14h30 à 17h00 au Tribunal de Grande Instance de Nanterre
179-191 avenue Joliot Curie, 92000 Nanterre
RER : Nanterre Préfecture

Un procès fictif : pourquoi ?

La Délégation du Mouvement du Nid des Hauts-de-Seine, qui agit contre le système prostitueur et pour les personnes prostituées, a mis au point, avec Polymnia, startup de développement des arts oratoires, animée par des étudiant.e.s en Droit (Champion de France 2018 de débat et d’éloquence) et en partenariat avec la Mairie de Nanterre, une simulation d’un procès d’assises inspirée de faits réels, dans laquelle interviennent des témoins, experts, accusés, victimes et leurs avocats.

Le but : sensibiliser au phénomène de la prostitution des mineur•es. Cette initiative inédite veut donner des outils de compréhension à tous ceux qui peuvent être amenés à rencontrer des jeunes mineur.e.s en danger afin de mieux identifier, défendre et orienter les victimes.

Un procès simulé pour comprendre l’exploitation sexuelle des mineur•es

En organisant une simulation d’audience de Cour d’assises mettant en scène un proxénète, un client-prostitueur et deux jeunes victimes, toute la problématique du phénomène est abordée grâce à la lecture des faits, des chefs d’accusation, des réquisitoires et des plaidoiries de la défense. Le procès fictif fera entrer le public au cœur du système judiciaire pour révéler la réalité de la prostitution des mineur•es, les conséquences pour les victimes et la stratégie des exploiteurs sexuels jugés pour proxénétisme.

Prenez part au procès !

Lors de cette audience de Cour d’assises, une fois n’est pas coutume, le public présent sera invité à s’impliquer : 6 personnes de l’assistance seront tirées au sort pour être jurés aux côtés des magistrat•es de la Cour. Toutes les autres personnes auront l’occasion de voter à la fin de la simulation. Le but étant de donner son point de vue sur les faits et les arguments développés par le Procureur et les avocats.

Un procès suivi d’une table ronde

Parce qu’il s’agit aussi d’apporter des informations sur l’exploitation sexuelle des jeunes, un temps d’échange clôturera la manifestation avec la participation d’institutions et d’associations du département.

Nos partenaires

Réseaux sociauxFBTweet

Nos vidéos