Mouvement du Nid

21 février 2008

Le Mouvement du Nid dénonce le "nettoyage" à courte vue des trottoirs de la prostitution

Les personnes prostituées sont toujours les premières à faire les frais des mouvements d’humeur des politiques ; mouvements d’humeur accompagnés de caméras mais dépourvus de toute mesure de fond.
À quand une politique qui voit plus loin que le bout du trottoir ?

Est-ce l’approche des municipales ? La tentation du « coup de balai », inefficace, cruelle et à courte vue reprend du service. À Lille, une première opération "anti-prostitution" en septembre 2007 a conduit à l’interpellation de huit personnes prostituées et aujourd’hui, en février, une nouvelle vague de répression est en cours.
À Orléans, des arrêtés municipaux vont plus loin que les lois actuelles et ont pour unique effet de déplacer la prostitution en périphérie et dans des lieux fermés.
À Lyon, les opérations de police ont relégué les personnes prostituées à la périphérie, empêchant les associations d’apporter leur aide, facilitant les agressions de la part des clients prostitueurs et des proxénètes.

À Lyon, Lille, Orléans... et partout où les personnes prostituées sont en proie à la violence des ces décisions arbitraires, les militants du Mouvement du Nid entendent montrer leur opposition à la loi pénalisant le racolage passif et aux politiques ponctuelles, superficielles et répressives. "Déplacer le problème ailleurs ne règlera rien", déclare Bernard Lemettre, président du Mouvement du Nid - France. "Il faudrait à la fois intensifier la lutte contre les réseaux et surtout accorder des moyens financiers pour aider les femmes à se sortir de la prostitution. Il faut changer les idées reçues, arrêter de croire que c’est un mal nécessaire !"

Le Mouvement du Nid exige une politique de fond qui, au lieu d’arrêter les personnes prostituées, questionne la pratique des clients prostitueurs et vise directement le proxénétisme.

À chaque fois, les plaintes des riverains n’ont abouti qu’à une opération policière à courte de vue avec convocation de caméras, une politique indigne qui préfère masquer la réalité. C’est pourquoi le Mouvement du Nid juge nécessaire de :

- supprimer le délit de racolage qui pénalise les personnes prostituées

- inclure dans le droit le principe de la responsabilité des clients prostitueurs et la mise en place de sanctions éducatives à leur égard

- appliquer réellement la loi sur la répression du proxénétisme et la fin des complaisances pour ses nouvelles formes moins visibles (salon de massage, bars à hôtesses, internet, petites annonces...)

- proposer des alternatives crédibles et solides à la prostitution et des moyens pour favoriser les démarches de réinsertion
 

Le projet d’une société sans prostitution est inséparable de tous les combats menés contre les violences, l’exclusion, le sexisme, le racisme et la marchandisation des êtres humains.
C’est la responsabilité des élus, et de chaque citoyen, de faire sienne cette ambition.
C’est le message que devraient défendre les élus locaux à l’occasion de cette échéance électorale !

Réseaux sociauxFBTweet

Nos vidéos