Mouvement du Nid

16 février 2015

Marseille : Des étudiantEs en journalisme et en communication débattent de la prostitution

60 étudiantEs de Master en journalisme et communication de l’Ecole de Journalisme et de Communication d’Aix Marseille (EJCAM) ont participé à la conférence du Mouvement du Nid des Bouches-du-Rhône : "Prostitution étudiante : en sortir !"

une action de la Délégation des Bouches-du-Rhône

Très participative, cette conférence s’est co-construite avec les interventions des étudiantEs. Ces futurs journalistes de presse, TV, radio ou web qui nous informeront, ces futurs communicantEs qui nous transmettront des messages institutionnels ou d’entreprises, que pensent-ils de la prostitution ?

François Wioland, délégué départemental du Mouvement du Nid des Bouches-du-Rhône, leur propose un "brainstorming" pour expliciter leurs représentations. Sortent alors des mots comme : argent, sexe, maquereau, maladie, violence, viol, pression, précarité, soumission, domination, banalisation, pornographie, conscience collective, médiatisation, consommation…

Des avis éclairés d’étudiantEs…

Un étudiant prend la parole pour tenter de définir la prostitution : Avoir une relation sexuelle tarifée et non voulue. La prostitution ne relèverait pas d’un choix mais d’un état de nécessité. Silence dans la salle. Cette définition est simplement complétée par l’intervenant : la prostitution est la répétition de rapports sexuels non désirés, pour de l’argent.

… et le constat d’un fort questionnement quand le débat sur la prostitution est ouvert

Les questions du public se multiplient jusqu’au déjeuner : Est-ce de la prostitution si ce n’est pas répété selon vous ? Il s’agit de prostitution, répond François Wioland, la répétition de cette violence décuple les dégâts sur la personne prostituée…

Comment une société peut-elle agir collectivement face à la prostitution, demande un autre. L’intervenant expose les modèles suédois (abolitionniste) et allemand (réglementariste). Suivant le pays, un ado pourra soit penser qu’il ira voir des personnes prostituées dès qu’il aura 18 ans, soit il saura que c’est interdit et puni par la loi de soumettre le désir sexuel d’autrui à son pouvoir d’achat. Car être "client" c’est payer pour un acte violent sur une personne qui ne désire pas sexuellement ce rapport. L’égalité entre femmes et hommes ne se construit pas de la même façon selon les choix de société.

Et pour la prostitution étudiante en PACA, quelles sont les statistiques ? Une réponse précise ne peut pas être donnée car… il n’y a pas de chiffres ! François Wioland parlera des cas rencontrés au Mouvement du Nid, de nombreuses étudiantes et quelques étudiants qui se prostituent par internet, touTEs restent enferméEs dans le silence même avec leur entourage proche. CertainEs ne se prostituent pas pour de l’argent, mais pour un logement, ils ou elles ont des clients entre 45 et 60 ans.

Ces derniers se justifient en disant aider ces étudiantEs financièrement. Ils ne contribuent en réalité qu’à compromettre leurs études, car la prostitution a ses effets pervers : décrochage scolaire, perte de confiance en soi... Heureusement, certainEs s’en sortent.

De nombreuses autres questions sont abordées : la drogue, la prostitution pour les personnes handicapées, les modalités de pénalisation etc. Autant de sujets sociétaux que les étudiants relèvent lorsque le débat s’ouvre pour parler violence et prostitution.

Une conférence trop courte, qui change, qui fait se poser des questions

Cette conférence change des conférences habituelles ! C’était presque trop court, selon une étudiante de master 2 communication. Deux étudiants en première année de journalisme précisent qu’ils ont beaucoup apprécié les échanges et le débat. Même si on aurait aimé plus de chiffres et de témoignages.

Une étudiante en première année de communication a apprécié que ce soit un homme qui fasse la conférence, parce que comme il l’expliquait, les clients sont des hommes…, ajoutant que c’était très intéressant, j’ai le sentiment d’avoir appris des choses et de me poser des questions sur les comportements des personnes.

La délégation du Mouvement du Nid des Buches-du-Rhône laisse à ces étudiantEs, futurs professionnelLEs de l’info, non pas des réponses toutes faites, mais des pistes de réflexion sur le choix de société dans laquelle ils ont envie de vivre. Par ailleurs, le Mouvement du Nid, dans les tracts distribués, rappelle aux personnes en situation de prostitution, à leurs amiEs ou "clients" que l’association propose une écoute sans condition ni jugement.

Réseaux sociauxFBTweet

Nos vidéos