Mouvement du Nid

14 juin 2016

Pour le Mouvement du Nid de la Sarthe, les propos de M. Boulard, Maire du Mans, relèvent du cliché et sont loin des réalités du système prostitutionnel

Communiqué de la délégation du Mouvement du Nid de la Sarthe

Notre délégation de la Sarthe réagit aux propos de Jean-Claude Boulard, maire du Mans, suite à ses propos tenus lors du colloque Droit(s) au(x) sexe(s), le 3 juin 2016.

une action de la Délégation de la Sarthe

La délégation sarthoise du Mouvement du Nid, association de terrain, abolitionniste, indépendante de toute structure politique et religieuse a pris connaissance de l’article paru sur le journal Ouest-France du 4 juin 2016, relatant des propos tenus dans le cadre du colloque du 3 juin intitulé Droit(s) au(x) sexe(s).

En tant qu’association à caractère social qui accompagne de nombreuses femmes prostituées, nous nous inscrivons en faux sur tous les clichés véhiculés dans cet article.

Le Mouvement du Nid rappelle que la nouvelle loi de lutte contre le système prostitutionnel a été portée par plusieurs partis et avec le soutien du Collectif Abolition 2012 (regroupant plus de 60 associations mobilisées contre toutes les formes de violences sexuelles et sexistes).

Après de nombreux débats et prises de position entre députéEs, sénateurs, sénatrices, cette loi finalement adoptée par une majorité des députéEs le 6 avril 2016, confirme la position abolitionniste de la France, mettant fin à 76 ans de répression à l’encontre des personnes prostituées (abrogeant le délit de racolage, sanctionnant le client, renforçant la lutte contre les réseaux, offrant de nouvelles perspectives dans l’accompagnement et la reconstruction des personnes, créant un parcours de sortie de la prostitution et développant la prévention). Nous sommes heureux de constater que les personnes prostituées sont désormais libérées du statut de délinquantes et qu’elles bénéficieront de nouveaux droits.

Concernant la condamnation de l’achat de services sexuels, cette loi fait appel à la responsabilisation du client et n’a rien à voir avec des positions moralistes ; elle a pour objectif de lui faire prendre conscience que la prostitution est une violence et que sa démarche favorise le développement des réseaux et le trafic des êtres humains. La prostitution s’inscrit dans une longue histoire patriarcale de mise à disposition du corps des femmes au profit de prétendus besoins sexuels irrépressibles masculins.

Bon nombre de clients pour se donner bonne conscience se persuadent que les personnes prostituées trouvent leur épanouissement sexuel dans ces rapports marchands. Les nombreux témoignages que nous publions dans notre revue nous affirment le contraire.

Bien entendu à aucun moment les clients ainsi que les opposants à la loi n’envisageront l’activité prostitutionnelle pour les femmes de leur entourage (leur fille, sœur, épouse...).

Désormais il est interdit d’imposer à autrui un acte sexuel : que ce soit par la contrainte physique, psychologique, abus d’autorité et contraintes financières. Cet article a déjà fait couler beaucoup d’encre, focalisant l’attention des citoyens et occultant l’essentiel de la loi, il n’en demeure pas moins que l’opinion commence à changer de regard sur la prostitution.

Certains médias ont tendance à rendre glamour la prostitution en représentant une image de femme libérée, indépendante. Ces "indépendantes" constituent une toute petite minorité. Quand certaines prostituées affirment qu’elles ont le choix, en réalité, c’est tout ce qui leur reste pour conserver un peu d’estime d’elles-mêmes.

La prostitution est un univers dominé par la violence, celle-ci est enfin reconnue comme telle par la loi. La prostitution est dans l’immense majorité des cas une violence à l’encontre des personnes et une exploitation de leur vulnérabilité (la traite se cumulant souvent avec d’autres trafics) Cette loi est une avancée majeure pour le respect de la personne humaine et les droits des femmes mais aussi une avancée dans la lutte contre le trafic et la traite des êtres humains laquelle représente un nouvel esclavage moderne (90% des personnes prostituées sont aujourd’hui des victimes du proxénétisme ou de la traite).

Si les propos parus dans l’Ouest France vous ont interpellés, citoyenNEs, éluEs, associations, réagissez !

Délégation du Mouvement du Nid
Espace Gisèle Halimi
30 avenue Félix Geneslay
paysdeloire-72@mouvementdunid.org /
fb.com/mouvementdunid72

Réseaux sociauxFBTweet

Nos vidéos