Mouvement du Nid

Prostitution étudiante, en sortir

N’ayant personne à qui parler, je vous ai trouvé sur Internet. C’est ainsi que Sonia (nom d’emprunt), ancrée, selon ses propres termes, dans la prostitution, a lancé un appel au secours, par mail, à la délégation des Bouches-du-Rhône du Mouvement du Nid. J’aimerais arrêter, a simplement dit cette jeune étudiante.

Un échange s’est alors mis en place, aujourd’hui publié sous forme d’un recueil destiné à circuler dans le milieu étudiant. Cet outil de prévention, parfait support de discussion, est le meilleur exemple, loin de toute théorie, du lien qui s’est tissé au fil des mots et de l’échange, au rythme que Sonia a choisi.

En douceur, dans la disponibilité et la bienveillance de l’écoute, un bénévole de la délégation a maintenu le contact. Sonia a pu se livrer : ses émotions, ses hésitations, tout est contenu dans ces lignes qu’elle a écrites sur le vif. Son isolement, sa gêne, la difficulté de se confier, le monde qui rétrécit, la déprime qui s’installe, l’avenir qui semble sans issue ; la crainte d’être jugée, les doutes, la peur aussi… Autant de sujets qui se dévoilent dans les courriers électroniques envoyés par la jeune femme et les réponses de notre bénévole, un format épistolaire qui offre aux lecteurs de suivre les méandres de son parcours hors de la prostitution.

Publié grâce au soutien de la Délégation régionale aux Droits des Femmes et à l’Égalité et à la Direction départementale de la Cohésion Sociale des Bouches-du-Rhône, ce bel outil est actuellement distribué aux étudiant•es du département. Il est également très demandé par les professionnel•les du monde de l’éducation et du médico-social. Une deuxième édition est en cours.…

Le Mouvement du Nid passe le message : des portes de sortie existent. Une écoute sans jugement est à portée de clic et à portée de main. Une rencontre, un café partagé… C’est ce qui a permis à Sonia de pouvoir écrire aujourd’hui à la délégation : J’ai un emploi stable, ma vie est stable, je vis en couple depuis plus d’un an, et je suis merveilleusement bien.

Réseaux sociauxFBTweet

Nos vidéos

Vous informer, nous soutenir