Mouvement du Nid

LSI, 6 ans après / 18 mars 2009

Racolage : l’Etat français se trompe de cible

Il est plus que temps de supprimer toute forme de répression envers les personnes prostituées et de mettre fin à l’impunité des clients prostitueurs.

En ce 6e anniversaire de la Loi Sécurité Intérieure, le Mouvement du Nid, engagé auprès de milliers de personnes prostitué-e-s dans 30 villes françaises, condamne, comme chaque année, le rétablissement du délit de racolage passif qui fait des personnes prostituées des coupables toutes désignées.

Il appelle à l’abrogation immédiate de toute mesure de répression à l’encontre des personnes prostituées et réclame une politique plus respectueuse et ambitieuse.

La Loi Sécurité intérieure aggrave le quotidien de précarité et de violence des personnes prostituées, en faisant peser sur elles une menace supplémentaire permanente.

La Loi Sécurité intérieure renforce le regard stigmatisant qui prive les personnes prostituées de la dignité à laquelle elles ont droit en tant que personnes.

Les "clients" prostitueurs, dont on oublie de dire que, sûrs de leur bon droit, ils sont les auteurs d’innombrables violences quotidiennes : humiliations, injures, agressions…, tirent profit de cette politique injuste qui met encore davantage les personnes prostituées à leur merci.

"On marche sur la tête", déclare Grégoire Théry, Secrétaire général du Mouvement du Nid, "car le Gouvernement maintient le délit de racolage passif, malgré les protestations de toutes les associations de terrain et refuse dans le même temps de mettre fin à l’impunité totale dont jouissent les clients prostitueurs."

Engagé depuis plusieurs décennies auprès des personnes prostituées et contre le système prostitutionnel, le Mouvement du Nid refuse de se plier aux intérêts faramineux du proxénétisme et de l’indutrie du sexe qui mettent le corps humain et la sexualité au coeur du marché au détriment du droit de chacun-e à ne pas être prostitué-e.

En ce 60e anniversaire de la Convention des Nations Unies pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, la France doit franchir une étape supplémentaire en osant construire une politique globale et cohérente posant les bases d’une société sans prostitution.

C’est dans cette optique que le Mouvement du Nid plaide sans relâche pour :

  • L’abrogation du délit de racolage actif et passif et de toutes les mesures de répression touchant les personnes prostituées ;
  • Une lutte résolue contre toutes les formes de proxénétisme ;
  • L’ouverture d’alternatives réelles pour celles et ceux qui souhaitent quitter la prostitution ;
  • Des campagnes de sensibilisation des "clients" et une norme interdisant l’achat de rapport sexuel, à l’exemple de la Suède (1999) et de la Norvège (2008). Rappelons que tous les textes internationaux (ONU, UE...) invitent désormais les Etats à "décourager la demande" ;
  • Des campagnes de prévention en direction des jeunes afin qu’elles/ils ne deviennent ni prostitué-e-s, ni proxénètes, ni "clients".

Réseaux sociauxFBTweet

Nos vidéos