Mouvement du Nid

28 novembre 2014

Réalités, conséquences et prises en charge des femmes victimes de violences

Cette soirée, organisée par le collectif "Forum des Droits Humains" qui regroupe 22 associations engagées dans le respect des droits humains a permis d’apporter à une soixantaine de personnes, majoritairement issues des associations membres du Forum des éléments de compréhension sur les diverses formes de violences mais surtout sur leurs conséquences.

une action de la Délégation du Loiret

Judith Trinquart, médecin ​légiste travaillant à l’Unité Médico-Judiciaire de Gonesse dans le Val de Marne est venue à Orléans parler des conséquences des violences sur la santé des personnes victimes dans le cadre du 12ème Forum des Droits Humains. Elle est secrétaire générale de l’associationMémoire traumatique et Victimologie et est en charge de la thématique de la prostitution dans cette association.

Ci-dessous, nous vous proposons un résumé de l’intervention de Judith Trinquart : vous pouvez aussi télécharger sa présentation au bas de cette page. Notons que le Dr Judith Trinquart a fait des propositions pour la prise en charge des personnes victimes de violences et plusieurs d’entre elles ont suscité des réactions de la salle. Deux points ont particulièrement intéressé la salle : l’étendue des violences et finalement une acceptation de celles-ci en particulier dans le domaine public et la découverte pour nombre des participants qu’une bonne prise en charge des victimes peut atténuer ,de manière très significative, les conséquences.

Par contre, un constat a été fait sur le peu de moyens mis en place pour lutter contre les violences. Des actions concrètes et ponctuelles de qualité existent, mais le travail reste trop parcellaire pour apporter une réponse à la hauteur des enjeux sociétaux : égalité des femmes et des hommes et baisse significative des coûts engendrés par ces violences (coûts médicaux, judiciaires, arrêt de travail, baisse de la socialisation avec ses corollaires de difficultés sociales etc...)

Notre délégation est d’autant plus satisfaite de la diffusion des enseignements de l’approche de Judith Trinquart et d’autres thérapeutes que dans la prostitution, la répétition des violences, l’existence d’un ou plusieurs traumatisme(s), le déni et le manque de considération subis par les personnes, forment le terreau de troubles psychotraumatiques qu’il faut absolument avoir à l’esprit dans l’accompagnement et le soutien des personnes.

Résumé

La première partie de la conférence est consacrée aux définitions des différentes formes de violence et nous commençons par le féminicide : meurtre perpétré car l’individu est une femme ou une fille. Les définitions se poursuivent avec les différentes formes de violences physiques, psychologiques, conjugales et sexuelles.

Quelques chiffres sont donnés :

  • en France, 82% des personnes victimes de violences conjugales sont des femmes​ (en majorité des jeunes). Les périodes à plus fort risque sont lors de la 1ère grossesse et lors d’une séparation)
  • en France, la violence de rue ​touche 40 à 50% des femmes : la société accepte ce type de violence
  • en France, 159 personnes décèdent tous les ans suites à des violences conjugales​ dont 26 hommes
  • en France, 1 femme sur 5 déclare avoir subi des atteintes sexuelles au cours de sa vie
  • en France, 120000 viols sont commis sur des mineur-es par an (enquête de 2010)
  • en France, 83 000 viols sont commis sur des adultes (hommes et femmes confondus)
  • soit un total de 203 000 viols en France chaque année avec 10% des victimes portant plainte et seuls 3% de ces 10% aboutiront à une condamnation​
  • dans le monde, l’OMS dit que 35% ​à 71% des femmes ont subi des violences physiques ou sexuelles dans leur vie selon les pays
  •  en Chine​, il manque 40 millions de femmes du fait de l’enfant unique qui a fait tuer les bébés filles,
  • en Inde les avortements de bébés filles sont très importants et donc il y a un déficit de femmes

Ce déficit en femmes dans des régions entières du globe fait qu’aujourd’hui un marché aux femmes existe pour répondre à la demande des hommes.

La seconde partie de l’exposé porte sur les conséquences de ces violences

  • troubles psychotraumatiques ;
  • troubles physiques ;
  • maladies liées au stress.

Le psychotraumatisme ou syndrome post traumatique est décelé chez les personnes qui ont subi des violences extrêmes ou qui ont eu peur pour leur vie.

Ceci se traduit par

  • des conduites dissociantes ;
  • des maladies liées au stress pour les personnes violentées de manière répétée​ ;
  • des conduites d’évitement ;
  • de l’hyper-vigilance.

Pour éviter, au cours d’une agression, que l’adrénaline produite dans le corps n’aboutisse au décès, car produite en trop grande quantité, le cerveau émet d’autres substances, telles que les endorphines, qui anesthésient l’individu et provoquent ou peuvent provoquer la dissociation. La dissociation est un état se rapprochant de l’état sous drogue ; Les atteintes neuronales ne sont pas définitives, il existe une repousse neuronale, à condition d’être pris en charge et que les violences ne soient pas récurrentes.

La troisième partie de l’exposé porte sur la prise en charge des victimes de violences.

A la réception du patient victime de violences il faut apporter

  • l’écoute bienveillante afin que les violences puissent être dites
  • le traitement médical adapté : axamen clinique, soin des blessures, soulagement de la douleur -les bétabloquants pris moins de 6 heures après l’agression peuvent empêcher l’impression de la mémoire traumatique,
  • le traitement médical psychologique qui peut nécessiter la prescription d’anxiolitiques ou d’antidépresseur mais il faut être très vigilant quant au risque de suicide.
  • l’explication des mécanismes et la reconnaissance des souffrances ressenties aux personnes
  • le traitement psychothérapeutique qui permet d’identifier les violences, d’expliquer l’histoire des violences, de reconstruire l’évènement traumatique. Ce travail permet la neurogénèse et ainsi la reconstruction de la personne.

Traitement des agresseurs

Judith Trinquart demande que les auteurs soient pris en charge car dans leur grande majorité ce sont des personnes qui ont également été violentées pendant leur enfance. Ils doivent être traités pour les aider, pour éviter la reproduction et parce que moralement il n’est pas acceptable de faire du mal aux autres quand on a mal.

Un accompagnement social, psychologique, juridique devrait être proposé à tous les protagonistes. Le partenariat est donc l’organisation qui convient le mieux aujourd’hui. Il est demandé que les interlocuteurs connaissent le droit de la Sécurité Sociale et autour du handicap afin d’apporter le maximum de réponses.

​Pourquoi une augmentation des violences ?​

Judith Trinquart explique que l’hypersexualisation, la pornographie sont en partie responsables de cette évolution.

Judith Trinquart conseille le livre "Et le viol devint un crime" : histoire de la pénalisation du viol.

Le débat

Le débat a été riche et plusieurs interlocuteurs ont apporté leur contribution

  • le MFPF45 avec les chiffres de l’enquête en cours sur les violences subies par le public qui est reçu dans les permanences
  • 71% des femmes se disent victimes de violence
  • 71% des femmes et des hommes disent avoir été témoin de violences
  • 84% des victimes connaissent leur agresseur, 33% des agresseurs sont un membre proche, 67% sont des compagnons ou ex compagnons
  • 3% des victimes connaissent le 3919
  • 30% des victimes sont des mineurEs
  • le nombre de place pour accueillir les femmes victimes de violence en accueil immédiat est de 10 sur le Loiret, il est dit que c’est insuffisant
  • la violence sur les femmes et les enfants est majoritairement due à des hommes. Il est difficile de chiffrer et de reconnaître la violence commise par des femmes.
  • les politiques publiques mises en place ne sont pas suffisantes à ce jour pour changer d’échelle. Des choses existent mais restent parcellaires, incomplètes et surtout avec des moyens faibles qui ne permettent pas de former tous les acteurs (policiers, gendarmes, magistrats, avocats, travailleurs sociaux, médecin et personnel médical etc...) qui en auraient besoin.

Cliquez pour télécharger la présentation de Judith Trinquart ci-dessous. Ce fichier et la photo utilisée pour cet article proviennent du site de notre partenaire, Le forum des Droits Humains.

PDF - 176.1 ko
Judith Trinquart - présentation 28/11/2014

Réseaux sociauxFBTweet

Nos vidéos