Mouvement du Nid

Région Centre : un pilier de la sensibilisation et de la formation en direction des acteurs de terrain

La délégation de l’Indre-et-Loire a sensibilisé ou formé près de 200 professionnel•les d’horizons divers venus de la région entière en 2018. Des temps essentiels pour soutenir les équipes dans leur cheminement et dans leur pratique.

une action de la Délégation de l’Indre-et-Loire

La délégation a conçu un ambitieux programme se déroulant sur trois jours, « Comprendre le système prostitutionnel pour repérer les victimes et les accompagner ». Faisant intervenir différents expert•es, dont l’Association de Recherches en Criminologie Appliquée (ARCA), le cycle offre un panorama complet du système prostitutionnel : un état des lieux de la prostitution et de la traite, une synthèse de la législation en vigueur et des nouveaux dispositifs, les enjeux sociaux liés à la prostitution...
Et bien entendu des thèmes liés à l’accompagnement social des personnes prostituées : comment engager une relation d’aide, quels signaux d’alerte repérer, comprendre les impacts sur la santé globale des personnes... Ce cycle a été proposé entre septembre et octobre 2018 et a rencontré la satisfaction unanime des participant•es.
L’équipe a été amenée à construire trois interventions de formation à la demande de partenaires agissant dans les commissions départementales de l’Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher. Ces temps de formation ont été très riches et satisfaisants. Ils confirment la pertinence de miser sur la formation des acteurs sociaux, un objectif de la loi du 13 avril 2016. En effet, la délégation constate que les formation dispensées comblent des manques de connaissances des acteurs et actrices de terrain et qu’elles sont surtout l’occasion de faire découvrir une réalité méconnue.

Les stagiaires font très bien le lien avec les enjeux fondamentaux posés par la prostitution – marchandisation, égalité femmes-hommes... et prennent conscience des risques de basculement vers une situation prostitutionnelle qui menacent les publics qu’ils accueillent et accompagnent.

Autre point fort de l’année 2018, la délégation a connu des échanges très constructifs lors de la restitution de son étude départementale « Phénomène prostitutionnel dans l’Indre-et-Loire », qui réactualise les données (la dernière étude sur le sujet datait de 2003) et renforce la connaissance du phénomène prostitutionnel. 109 structures ont été contactées, permettant d’évaluer à 217 le nombre de personnes en situation avérée de prostitution et 97 en situation supposée, plus 84 personnes mentionnées sur des sites internet.

La préoccupation des acteurs de terrain se tourne vers les mineur•es qui sont en nombre considérable (19 %), les 18-25 ans (57 %) et les personnes étrangères, notamment provenant de l’Afrique Noire (52 %). Il faut garder en tête que ces chiffres sont sous-estimés.

Les échanges ont pointé l’urgence de former les acteurs sociaux et une grande inquiétude à l’égard du public jeune.

Tous et toutes affirment la nécessité d’agir, notamment sur l’utilisation des réseaux sociaux par les proxénètes ou sur l’impact de la pornographie.

Réseaux sociauxFBTweet

Nos vidéos