Sirènes

32

Sirènes : un poème écrit par des personnes prostituées dans le cadre de l’atelier d’écriture de la délégation du Mouvement du Nid du Doubs.

Voilà, nous sommes perdues. Nous dérivons depuis des heures en pleine tempête. Le fracas des flots manque à chaque instant d’engloutir notre frêle esquif. La panique nous gagne, les efforts sont de plus en plus désordonnés, le capitaine gît soul au pied du grand mât, le barreur tente vainement de redresser le navire, je constate que chacune d’entre nous essaye de sauver sa vie comme elle le peut. Le désespoir m’envahit en entendant mes coéquipières s’épuiser une à une. Je ne tiendrai plus très longtemps. Tout d’un coup, de ce tumulte me Parvient un chant strident, hypnotique, un chant inhabité, sans âme ni cœur. Pourtant au cœur de la tempête, il représente mon dernier espoir. Très rapidement il devient obsession Et apparaît comme un phare dans ces ténèbres. Ce son irritant et vaguement Menaçant me souffle qu’il me Mènera vers des eaux plus calmes. C’est alors que, instinctivement, nous Reprenons le bateau en main et suivons le chant. Je reprends conscience, notre Bateau est échoué au pied des Falaises. Nous sommes piégées. Nous Levons les yeux au ciel et distinguons Enfin l’origine de cette sinistre mélodie. De terrifiantes silhouettes se dressent à leurs sommets. Des hommes se tiennent là. Je peux ressentir toute leur malveillance. Il est trop tard…

Documents joints

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner