Etats-Unis : l’Etat du Maine adopte le modèle abolitionniste

727

Le Maine est entré dans l’histoire en juillet en devenant le premier État des Etats-Unis à promulguer une loi abolitionniste, rejoignant ainsi la Suède, la France et le Canada notamment.

La gouverneure Janet Mills a signé deux lois, l’une visant à réduire l’exploitation sexuelle à des fins commerciales une visant à offrir des recours aux survivantes.

Ces lois dépénalisent et mettent fin aux arrestations des personnes en situation de prostitution. La loi offrira des services aux survivantes et continuera de pénaliser acheteurs de sexe et proxénètes.  La loii prévoit également de clôre les condamnations pour prostitution afin que les survivantes puissent reconstruire leur vie sans craindre la discrimination en matière de logement, d’emploi et dans d’autres secteurs essentiels à la jouissance des droits humains fondamentaux. 

Annonce

L’adoption de ces lois fait du Maine (dans le Nord-est des Etats-Unis) le premier état américain à mettre en place un cadre fondé sur le modèle abolitionniste, qui ne tolère plus le harcèlement sexuel, la violence sexuelle et d’autres crimes simplement parce que les clients paient pour commettre ces délits.  

A lire également notre dossier : « Survivantes contre le silence »

La victoire du Maine grâce aux survivantes

Des survivantes du Maine se sont mobilisées pendant plusieurs années pour obtenir ces lois, comme l’explique l’une d’elle, Tricia Grant, dans un communiqué de la CATW : « C’est un jour mémorable que celui où nos politiciens reconnaissent enfin que personne ne devrait être pénalisé pour avoir été victime d’exploitation sexuelle et de traite des êtres humains, et que l’État devrait cibler les auteurs de ces actes. (…)  Je suis fière que le Maine soit le premier État du pays à écouter les survivantes et à comprendre que ce que nous avons enduré n’était pas du « travail », mais des blessures et des violences omniprésentes qui détruisent la vie des individus et des communautés. » 

La Coalition contre la traite des femmes (CATW)  ainsi que ses partenaires, Rights4Girls, World Without Exploitation et le National Center on Sexual Exploitation, se sont joints au combat pour faire de cette loi une réalité.