Hors de prix

219

Un parti-pris critique, une réelle réflexion sur les enjeux de pouvoir à l’œuvre dans ces liaisons monnayées, était-ce « hors de portée » d’un réalisateur par ailleurs compétent ?

L’emballage du « produit-film » est soigné : générique classieux, musique jazzy suave, palaces, belles robes d’Audrey Tautou. Le prétexte cinématographique est tendance : une comédie américaine avec Audrey Tatou en petite sœur d’Audrey Hepburn dans « Diamants sur canapé« . Mais, il s’agit bien de deux êtres qui vendent leur jeunesse à de riches et vieux oisifs.

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner

Jean est serveur dans un palace de la Côte d’Azur. A la suite d’un quiproquo, Irène, une « aventurière« , le prend pour un milliardaire et passe la nuit avec lui. Découvrant la méprise, elle le laisse tomber. Il n’a de cesse de la retrouver et de la conquérir.

Et, pour vivre dans son ombre, devient gigolo, un gigolo plein de scrupules puisqu’il a le visage honnête et le regard vert-candide de Gad Elmaleh ! Se succèdent alors des péripéties plus ou moins comiques qui mènent lentement l’intrigue vers le happy-end attendu.

Comme son titre l’indique suffisamment, le film nous installe d’emblée dans l’univers du luxe où il s’agit de payer et de faire payer le plus cher possible toute prestation, et la sexualité n’en est qu’une parmi d’autres, et présentée comme telle.

Irène s’acharne à lessiver les millionnaires qu’elle harponne et son personnage superficiel qui s’éveille à l’amour ne suscite guère la sympathie, pas plus, d’ailleurs, que les hommes qu’elle séduit avec une curieuse facilité. Chacun est renvoyé à sa médiocrité et à sa solitude, en l’absence de toute psychologie.

La comédie, même sentimentale, même « à l’américaine », n’a jamais empêché un vrai regard sur la société et son fonctionnement. Ici, ce regard est étrangement ébloui, comme frappé d’impuissance face au spectacle des riches entre eux. Un parti-pris critique, une réelle réflexion sur les enjeux de pouvoir à l’œuvre dans ces liaisons monnayées, était-ce « hors de portée » d’un réalisateur par ailleurs compétent ?