Nadine, entre rires et envie de tuer

430

Beaucoup de prostituées, comme elle, disent faire ce «métier» de leur plein gré. Qu’y a-t-il sous ces paroles de convenance qui permettent à la société de se donner bonne conscience?

Vingt-deux ans et tout sourire. La légèreté et l’insouciance incarnées. Se trouver en face de cette grande fille lorsque l’on met sa rage à dénoncer la prostitution comme bastion de l’exploitation et du mépris des femmes a de quoi vous traverser d’un doute. Ainsi apparaît Nadine, prostituée et modèle d’équilibre. Elle rit beaucoup. Et dit avoir choisi. Comme tant d’autres, elle met en avant sa «liberté». Et vous l’écoutez, pleine de votre conviction que la prostitution est à l’aube du XXIe siècle l’un des plus choquants archaïsmes de nos sociétés…

Lire la suite

Un article paru dans Le Nouvel Observateur, semaine du 18 mai 2000.

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner
Article précédentJean-Claude Guillebaud, journaliste et écrivain
Article suivantNationale 7
Journaliste indépendante, ancienne membre de l’Observatoire de la Parité entre les femmes et les hommes, elle recueille depuis des années des témoignages de personnes prostituées. Elle a publié plusieurs livres, notamment Prostitution, une guerre contre les femmes (Syllepse, 2015) et en collaboration avec le sociologue Saïd Bouamama, Les clients de la prostitution, l’enquête (Presses de la Renaissance, 2006). Autrice de nombreux articles, elle a collaboré au Dictionnaire Critique du Féminisme et au Livre noir de la condition des femmes.