Loi sur le racolage : la roulette russe !

87

La loi française est-elle un jeu de loterie ou une farce ?

Quatre jeunes femmes prostituées en camionnette, interpellées pour racolage sur la route de Saint-Calais, près du Mans, en décembre 2005, et jugées le 14 janvier 2009, ont eu connaissance du verdict le 13 mai.

400 euros d’amende, apprend-on par le journal Ouest-France1)Edition Le Mans, Igor Bonnet, 14 mai 2009.. Le tribunal correctionnel du Mans a donc jugé que ces femmes étaient coupables d’avoir racolé, la procureure n’ayant heureusement pas été suivie alors qu’elle était allée jusqu’à demander une amende de 1000 euros.

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner

Il est temps de poser sérieusement la question. La loi française est-elle un jeu de loterie ou une farce ? Ainsi que le rappelle le quotidien régional, le même tribunal correctionnel, alors présidé par une autre juge, avait rendu en mai 2008 une décision exactement contraire.

Il avait estimé qaue la jeune femme interpellée route de Laval dans son véhicule n’était pas coupable de racolage, même passif.

Un autre jugement rendu le 25 mai 2005 par la Cour de Cassation, saisi dans le cadre d’une affaire de racolage jugée devant la Cour d’Appel de Caen, avait établi que que le fait, au mois de juillet vers minuit, de se trouver même dans un endroit connu pour la prostitution, légèrement vêtue et en stationnement au bord du trottoir, est insuffisant pour constituer le délit de racolage.

Question de jour, d’humeur, de sens du vent, de « gueule du client », en l’occurrence de la cliente ? Pile relaxée, face condamnée.

Peut-on sérieusement continuer à défendre une loi aussi inepte, dont le contenu même est constamment remis en cause par les tribunaux, et dont l’application aléatoire, du même coup, est totalement vidée de sens ?

Rappelons que, pendant ce temps, le « client » prostitueur continue de « racoler » les personnes prostituées avec la bénédiction du législateur. L’homme qui paye reste, selon la tradition, au dessus de tout soupçon. Egalité, justice…. Encore faut-il savoir ce que les mots veulent dire.

Notes   [ + ]

1. Edition Le Mans, Igor Bonnet, 14 mai 2009.
Article précédentLien entre traite et prostitution : l’impact des législations
Article suivantGisèle Halimi, avocate et féministe
Claudine Legardinier
Journaliste indépendante, ancienne membre de l’Observatoire de la Parité entre les femmes et les hommes, elle recueille depuis des années des témoignages de personnes prostituées. Elle a publié plusieurs livres, notamment Prostitution, une guerre contre les femmes (Syllepse, 2015) et en collaboration avec le sociologue Saïd Bouamama, Les clients de la prostitution, l’enquête (Presses de la Renaissance, 2006). Autrice de nombreux articles, elle a collaboré au Dictionnaire Critique du Féminisme et au Livre noir de la condition des femmes.