L’Assemblée nationale vote, une nouvelle fois, la proposition de loi sur la prostitution

258

L’association Le Nid, qui vient en aide aux prostituées, demande depuis très longtemps que les clients des prostituées soient pénalisés. « Nous constatons au quotidien l’extrême violence que subissent les personnes prostituées et qu’elle est souvent le fait des clients », explique Claire Quidet, porte-parole de l’association Le Nid.

L’association Le Nid, qui vient en aide aux prostituées, demande depuis très longtemps que les clients des prostituées soient pénalisés. « Nous constatons au quotidien l’extrême violence que subissent les personnes prostituées et qu’elle est souvent le fait des clients », explique Claire Quidet, porte-parole de l’association Le Nid.

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner

Aider au lieu de condamner

« La prostitution a été reconnue en France comme une violence. Alors comment peut-on continuer à défendre le principe qui veut que l’on pénalise les victimes de cette violence, les personnes prostituées, par le délit de racolage, mais qu’en revanche les clients soient totalement impunis, » s’interroge Claire Quidet.

Les personnes prostituées ont besoin d’être accompagnées pour trouver des alternatives à la prostitution, et il faut s’attaquer à la demande parce qu’elle enrichie les marchés, explique Claire Quidet. « S’il y a autant de trafic c’est parce que c’est extrêmement lucratif. L’argent des réseaux sort de la poche des clients. »

Le texte voté par l’Assemblée, ce vendredi 12 juin, prévoit la création d’un parcours de sortie de la prostitution et des mesures d’accompagnement social.