« La revuelta de las putas »

574

Dans « La revuelta de las putas », Amelia Tiganus, survivante et militante féministe  revient sur son expérience à lintérieur du système prostitutionnel. Elle parle de ses traumas, sa reconstruction et sa lutte pour labolition.

la-revuelta-de-las-putas

« Labolitionnisme est le seul modèle qui valorise la bienveillance, la liberté et l’égalité entre les femmes et les hommes. Labolitionnisme est transgressif, à vous de décider si vous êtes du côté de loppresseur ou des opprimés. »

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner

Pour Amelia Tiganus, labolition de la prostitution est le seul moyen de mettre fin à lexploitation sexuelle des filles et des femmes avec une loi qui a un effet non seulement dissuasif mais aussi éducatif. Pouvoir acheter des corps de femmes pour satisfaire les besoins sexuels des hommes nest plus tolérable.

Elle livre une analyse d’une grande justesse sur ce quest la prostitution : une violence sexuelle, un croisement entre nombreuses dominations et un privilège masculin. 

Le livre commence par son enfance et son adolescence. Née en Roumanie en 1984, de parents ouvriers très autoritaires, elle vit une enfance chaotique entre « maltraitance, douleur et désamour ».

A la violence physique et sexuelle (des châtiments corporels infligés par sa mère, un oncle incestueux, un viol collectif quelle subit à l’âge de 13 ans) sajoute la violence institutionnelle : lindifférence des proches, des institutions non protectrices. Très vite déscolarisée, elle rencontre un « loverboy » qui la prostitue dabord en Roumanie puis la vend à un bordel en Espagne pour 300 euros. Amelia Tiganus y restera 5 ans. 

Les bordels, des « camps de concentration »

Elle nous livre ensuite un récit sans fard de son expérience dans les bordels. Elle s’interroge : Que représente le consentement dans un système néolibéral et dans le système prostitutionnel ? Il est souvent « synonyme de survie » ou de « soumission pour rester en vie ». En comparant les bordels à des camps de concentration, elle explique comment le système prostitutionnel dépersonnalise et déshumanise afin que la violence et les pulsions de torture des proxénètes et des prostitueurs « clients » puissent sexercer en toute impunité. 

Dans une description très affutée des acteurs et des actrices du système prostitutionnel, elle met en évidence  les logiques de domination et de classe à l’œuvre dans la prostitution, bien loin des représentations complaisantes envers le système prostitutionnel. 

Les proxénètes sont décrits comme des personnes ordinaires nayant pas forcément le look du mafieux dangereux ou du gangster. En usant de la maltraitance psychique (menaces sur la famille, rabaissement constant, climat de compétition entre les filles, dette), ils maintiennent les filles et femmes sous leur emprise.  Le poids de la dette étant particulièrement utile pour faire pression sur les filles : en théorie, elles peuvent refuser des « clients », mais si elles refusent, leur dette augmente et elles ne peuvent sortir de lenfer prostitutionnel.  

« On entend souvent des mères dire : ils viennent pour exploiter nos filles. Mais ils ne viennent pas avec des chaînes et une fourgonnette blanche. Ils viennent nous exploiter à travers Instagram, Onlyfans, Tiktok, la propagande du porno, la publicité, les médias… »

Les « mamis », elles, partagent de grandes similarités avec les proxénètes mais sont majoritairement des femmes qui ont été prostituées par le passé. Pour sortir de la violence prostitutionnelle, elles adoptent les codes du système et choisissent lascension sociale au rang de subalterne pour se protéger et sortir du cycle de la violence. 

Trois sortes de « clients »

Dans « la Revuelta de las Putas », l’autrice divise les « clients » prostitueurs en trois catégories : les « sympathiques » qui sont là pour discuter mais surtout avoir un rapport sexuel, les « machos » qui veulent affirmer leur virilité en pénétrant le plus grand nombre de femmes, les « sadiques » qui ne sexcitent sexuellement que par lhumiliation, la torture et la haine des femmes. Tous sont des hommes et ont en commun le refus dentendre un non lors dun rapport sexuel. Des hommes qui ont un rapport à la masculinité problématique. 

Enfin, les filles et femmes en situation de prostitution, là encore loin de la représentation de la « travailleuse du sexe » joyeuse et libre véhiculée par les réseaux sociaux, sont en majorité issues de limmigration forcée, ayant eu une enfance marquée par la violence, victimes dun système patriarcal, classiste et néolibéral : aucune na le choix, toutes sont en compétition pour survivre.

Souffrant dun stigma énorme, elles ne collent en réalité ni à l’étiquette de victime ni à celle de la femme séductrice : « Je ne comprends pas pourquoi on sattend à ce que nous les putes, nous devions arborer limage de la victime parfaite. Nous nous protégeons mentalement des hommes les plus cruels, qui, en ne voyant pas ni notre peur ni notre douleur, perdent lintérêt de nous violer »

Enfin ces femmes en situation de prostitution subiront toutes des violences sexuelles avec les conséquences lourdes sur leur santé  qu’on connaît, et un rapport compliqué à la sexualité : il sopère soit un rejet total de la sexualité ou une volonté de revivre le trauma pour mieux le contrôler. 

« Quil ny ait pas manifestation apparente de souffrance ou d’émotions ne signifie pas que la personne ne ressent rien, au contraire la douleur est si intense que la déconnexion est absolue »

La revuelta de las putas : féminisme salvateur

Après un chapitre sur les féminicides prostitutionnels, (54 femmes tuées entre 2010 et 2020 en Espagne, 72% tuées par des clients), Amelia Tiganus termine le livre sur sa découverte du féminisme et comment celle-ci a pu lui permettre de sortir du pacte social silencieux quest la prostitution.

Grande lectrice depuis très jeune, elle accorde une importance particulière à la vulgarisation de théories académiques et des concepts féministes pour que chacune et chacun puisse se reconnaitre dans ce combat. Elle rappelle aussi limportance d’écouter les survivantes pour avancer collectivement vers une société plus égalitaire et plus inclusive.

« Je cherche à montrer combien il est difficile de faire une révolution sans la participation active des personnes concernées, qui doivent être considérées comme des sujets actifs et non comme simples objets danalyse

Ecoutez Amelia Tiganus en vous inscrivant pour notre « lundi de Prostitution et Société » exceptionnel en direct de Bruxelles

A lire également : Espagne, un grand pas vers l’abolition

La revuelta de las putas, Casa del Libro, 2021