Le papier ne peut pas envelopper la braise

183

Elles s’appellent Srey, Mav, Aun Tauch, Thida… et vivent une existence parquée, recluse, dans un immeuble au centre de Phnom Penh. Dans un film et un livre bouleversants, le cinéaste Rithy Panh donne la parole aux prostituées cambodgiennes et rend leur dignité aux victimes de ce désastre anonyme.

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner