Education à la sexualité : une expérience prometteuse avec la Maison de protection des familles

816

En 2022, l’équipe d’Indre-et-Loire a mis en place un partenariat avec La Maison de protection des familles (MCPF), dispositif national décliné dans chaque département et géré par la gendarmerie. Elles ont créé ensemble un module d’éducation et de prévention auprès des jeunes des établissements scolaires. 

En 2022, l’action a été testée auprès de cinq classes de 3e. Elle le sera en 2023 dans un lycée professionnel auprès de huit groupes de jeunes. Et les demandes commencent à affluer, notamment de la part d’établissements situés en milieu rural. 

Pour les deux bénévoles engagées dans le projet, Christine et Catherine, «  ces séances permettent de créer un espace de parole, de favoriser les échanges entre les jeunes, de developper leur esprit critique, le tout visant à une éducation concrète à la notion de respect.  »

Annonce

Le premier volet aborde la place des femmes dans la société, la relation à l’autre et à soi, le consentement dans la relation amoureuse, les violences, les dangers des réseaux sociaux (notamment les «  nudes  »), la pornographie. La technique d’animation, le jeu de la ligne, est adaptée pour lancer un débat suffisamment dynamique. 

Brainstorming et nouveaux outils

La seconde séance traite directement de la question de la prostitution. Un brainstorming permet de mettre en avant la notion de système, d’en identifier les acteurs et les enjeux. Un « kahoot »,  plateforme d’apprentissage en ligne, précise ces informations avant une vidéo adaptée à l’âge des jeunes (« Le piège » ou « Proxolab »). Les échanges font le reste, des facteurs de vulnérabilité aux stratégies des proxénètes.

Animée par un binôme mixte, un·e intervenant·e de la MPF et un·e intervenant·e du Mouvement du Nid, chaque séance est conclue par des questionnaires d’évaluation permettant de mesurer le ressenti des jeunes et d’enregistrer leurs demandes quant aux sujets qu’ils et elles aimeraient voir abordés. 

Belle initiative à l’heure où des associations déplorent la maigreur des programmes d’éducation à la sexualité. Un projet en ligne avec la loi du 13 avril 2016, qui prévoit de prévenir les risques prostitutionnels ainsi que le recours à l’achat d’un acte sexuel. 

Découvrez notre brochure de prévention auprès des jeunes