Garde à vue de Michel Piron, le Mouvement du Nid se félicite que l’enquête avance !

1670

Communiqué de presse

Michel Piron, le propriétaire du site de diffusion de vidéo de prostitution filmée Jacquie et Michel (pornographie) est en garde à vue pour proxénétisme, complicité de viols et d’agressions sexuelles. 4 autres personnes, dont sa femme, sont concernées.

Ils « ont été placés en garde à vue ce matin dans le cadre d’une enquête préliminaire » ouverte en juillet 2020 « pour des faits supposés de proxénétisme, complicité de viol et complicité d’agressions sexuelles entre 2009 et 2015 », selon la presse.

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner

Le Mouvement du Nid se félicite de cette évolution de l’enquête, qui vient confirmer ce que notre association, avec d’autres, dénonce depuis longtemps : le fait que l’ensemble de l’industrie pornographique française est concernée.

Notre association, qui accompagne sur le terrain des personnes en situation de prostitution dont des victimes de la prostitution filmée (pornographie), est à l’origine avec Osez le féminisme! et les Effronté·es d’un signalement au procureur de la République en 2020. C’est ce signalement qui a conduit le parquet à ouvrir une information judiciaire à l’encontre du site Jacquie et Michel.

Parallèlement, une enquête est en cours pour viols, et proxénétisme, contre des producteurs, réalisateurs et acteurs français (affaires OP et Mat Hadix) dont certains ont eu des liens professionnels avec Jacquie et Michel.

Au fur et à mesure des révélations de ces enquêtes, l’ampleur du nombre de victimes  identifiées (plusieurs dizaines), et d’auteurs, poursuivis pour viols,  proxénétisme et traite d’êtres humains dévoile encore une fois le caractère systémique du proxénétisme, des violences sexuelles et sexistes perpétrées dans la pornographie.

Nous demandons justice pour les victimes, et que la responsabilité criminelle de l’ensemble de l’industrie soit reconnue et ses auteurs sanctionnés : “acteurs”, “rabatteurs”, producteurs comme diffuseurs.

Nous soutenons la parole de ces femmes pour qu’enfin l’industrie pornocriminelle soit jugée pour ce qu’elle est : un système de traite, de violences sexuelles et de proxénétisme à l’échelle industrielle.

A lire également : https://mouvementdunid.org/blog/actus-mdn/communiques-presse/cest-toute-lindustrie-du-porno-francais-qui-est-mise-en-cause/

Clichy, le 14 juin 2022