Reconfinement : une équipe toujours plus mobilisée

594
Ce second confinement a obligé l’ensemble du Mouvement du Nid à s’adapter à une hausse toujours plus importante de la précarité chez les personnes accompagnées. Nous tâchons de répondre rapidement à leurs besoins. La délégation de Seine-Maritime, s’est vite adaptée
« Incertitude, isolement, peur du lendemain sont le quotidien des personnes que nous suivons ; et ça l’est devenu encore davantage depuis avril 2020 », souligne la délégation dans une publication Facebook.
L’impossibilité de circuler sans attestation a eu pour résultat un arrêt forcé de l’activité prostitutionnelle en extérieur. Ce qui signifie une baisse considérable de ressources des personnes concernées, voire plus aucune ressource pour certaines d’entre elles.
« La plupart font face à une précarité alimentaire, ou sont en incapacité de payer leur loyer ou leurs factures et leurs dettes s’accumulent depuis avril. Nous essayons au maximum de maintenir nos activités en présence physique, afin de soutenir au mieux les personnes. Notre souhait est de maintenir le lien social même en cette période particulière, que ce soit via la permanence ou à distance en continuant de communiquer avec elles ».
Pour répondre à leurs besoins, la délégation basée à Rouen réoriente en premier lieu vers les associations et structures de droit commun. Mais les démarches sont parfois longues et les associations saturées par la crise. En juin dernier, des tickets service (alimentaire et hygiène) ont été distribués et neuf personnes ont pu en bénéficier. Aujourd’hui, nous souhaitons renouveler l’opération, pour permettre aux personnes de vivre le plus dignement possible en attendant que leur situation soit stabilisée.
La permanence, aujourd’hui, nécessite une prise de rendez-vous préalable mais nos bénévoles continuent de les accueillir, de les écouter et de les assister dans leurs démarches. Les cours de français individuels continuent également, tout en respectant les gestes barrières.
Ce contexte nous aura appris beaucoup, et il a également conforté certaines des personnes que nous accompagnons dans leur choix de quitter le milieu, quelques-unes d’entre elles ont même entamé un parcours de sortie.
Message d’espoir d’une bénévole : « Oui, nous faisons face à une épidémie mais cela ne signifie pas que l’on abandonne ; soutenir l’humain en cette période plus qu’à n’importe quel autre moment est nécessaire et c’est ce qui fait notre humanité ».
Si vous souhaitez nous aider (bénévolat, don…), n’hésitez pas à nous contacter. »
Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner