Coupe du monde de rugby : Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois !

641

A l’occasion de la coupe du monde de rugby, nos délégations de Haute-Garonne et de Loire-Atlantique ont remis au goût du jour la campagne « le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois ».

Coupe du monde de rugby, Jeux Olympiques 2024… La France accueille d’importantes manifestations sportives présentées comme des occasions de fêtes et de convivialité. Or, personne n’ignore les ravages de la fameuse « 3e mi-temps », où des supporters échauffés se croient en droit de célébrer la victoire, ou d’oublier la défaite, en exploitant sexuellement des femmes. Ce dégât collatéral, de plus en plus de villes d’accueil n’en veulent plus.

A Nantes et à Toulouse par exemple, les affiches, tracts et cartes postales créés lors de l’Euro de foot de 2016 avec la Mairie de Paris, Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois, ont été remis au goût du jour pour la Coupe du monde de rugby accueillie en septembre et octobre 2023. 

Annonce

A Nantes, l’initiative en revient à la ville. Les affiches ont été distribuées dans les 150 bars où sont diffusés les matchs, grâce à la mobilisation du collectif « Culture Bars-bars » : un moyen ciblé de toucher les éventuels « clients » attablés devant une bière…

L’opération a même débuté dès la fin août pour le Festival des Rendez-vous de l’Erdre, festival nantais de jazz, le sport n’étant pas la seule occasion de grands rassemblementspropices au développement de la prostitution. D’autres actions, menées avec le Mouvement du Nid, la Déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité et la Ville de Nantes, sont prévues pour les J.O.

Rugby, Formule1, JO, même vigilance…

A Toulouse, où sont accueillis 5 matchs, c’est la délégation du Mouvement du Nid qui a organisé avec Osez le Féminisme ! 31 une grande campagne d’affichage sur une centaine de panneaux Jean-Claude Decaux ; soit d’après les statistiques Decaux, la possibilité de 600 000 vues. Parallèlement à cette campagne d’une durée de deux semaines financée par l’AGRASC[[Agence de Gestion des Avoirs Saisis et Confisqués. Les sommes confisquées peuvent entre autres être utilisées pour la prévention du proxénétisme et de la traite des êtres humains.]], (à partir du 20 septembre), la délégation a mis toute son énergie à distribuer 2 000 tracts, en français et en anglais, autour du stadium et dans les « fan zones » et à entamer la discussion sur la prévention des violences sexuelles et la loi du 13 avril 2016.

Pour enfoncer le clou, elle a eu l’idée d’articuler ces actions avec l’animation, le 27 septembre, d’un nouveau ciné-débat autour du film Noémie dit oui dont le Mouvement du Nid est partenaire (une première projection du film avait eu lieu en avril) : un film qui tombe à point nommé puisqu’il raconte l’histoire de  Noémie, 15 ans prostituée par son proxénète « loverboy » lors du Grand Prix de Montréal de Formule 1. 

Pour aller plus loin, la campagne de la ville de Saint-Denis : https://94.citoyens.com/2023/mondial-de-rugby-saint-denis-anticipe-les-risques-de-prostitution-massive,05-09-2023.html#:~:text=Dès%20vendredi%2C%20premier%20jour%20de,Jeux%20Olympiques%20de%20Paris%202024.