Proxénétisme sur mineure : une question de frontières ?

35

Une jeune française, originaire de Tourcoing, qui s’était constituée partie civile dans un procès l’opposant à Véronique P., tenancière d’un bar à hôtesses belge, vient de faire les frais du laxisme belge en matière de proxénétisme.

À 16 ans, cette jeune fille, présentée par son petit ami et en possession de faux papiers slovènes la déclarant majeure, avait été prostituée, munie d’un contrat de travail lui permettant de se livrer à la débauche – selon les termes du Code Pénal belge – dans l’établissement de Véronique P.

De faux papiers, une imparfaite maîtrise de la langue française, une extrême jeunesse… Rien n’avait suffi à semer le moindre doute chez la tenancière, elle-même française délocalisée en Belgique.

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner

Même si l’affaire est arrivée entre les mains du procureur de Lille, le tribunal a simplement requis six mois à un an avec sursis en vertu de la politique de tolérance belge. Ce qui, selon la loi française, vaudrait de la prison ferme, est donc revu à la baisse au grand dam de Maître Vincent Troin, l’avocat de la jeune fille, pour qui il s’agit bel et bien d’une affaire de proxénétisme sur mineure.

Au final, la tenancière, qui a plaidé tout bonnement le fait qu’elle ignorait l’âge réel de la jeune fille, ne peut que se féliciter d’avoir passé la frontière. Elle a en effet écopé en tout et pour tout de huit mois de sursis et 3000 euros d’amende.

Une prime aux proxénètes

Un nouvel exemple de la prime aux proxénètes et de l’abandon des victimes qui prévaut dans les pays, même abolitionnistes en théorie (c’est le cas de la Belgique), mais suffisamment réglementaristes en pratique pour légitimer le commerce de la prostitution et professer la fameuse « tolérance ». Si l’on n’est pas surpris par la position belge, on peut en revanche s’étonner du fait qu’un tribunal français s’aligne sans sourciller sur une conception aussi légère du proxénétisme…

Source : Nord Eclair, 30 mai 2012

Article précédentEt maintenant une loi. Oui !
Article suivantEuro 2012 en Ukraine : une bonne affaire pour la prostitution
Claudine Legardinier
Journaliste indépendante, ancienne membre de l’Observatoire de la Parité entre les femmes et les hommes, elle recueille depuis des années des témoignages de personnes prostituées. Elle a publié plusieurs livres, notamment Prostitution, une guerre contre les femmes (Syllepse, 2015) et en collaboration avec le sociologue Saïd Bouamama, Les clients de la prostitution, l’enquête (Presses de la Renaissance, 2006). Autrice de nombreux articles, elle a collaboré au Dictionnaire Critique du Féminisme et au Livre noir de la condition des femmes.