Suisse : A Zürich, un métier finalement pas comme les autres…

613

Activité légale, métier comme un autre… A Zürich, des associations de défense du « travail du sexe » s’offusquent du refus des autorités cantonales de donner aux réfugiées ukrainiennes des permis de prostitution.

« Les autorités zurichoises ont refusé d’accorder des permis de prostitution aux Ukrainiennes ayant un statut S qui en ont fait la demande », écrit le journal suisse Le Temps le 28 juin 2022. Le canton de Zürich aurait en effet reçu des demandes venant de réfugiées ukrainiennes « souhaitant » (les guillemets sont les nôtres) exercer la prostitution en Suisse.

En Suisse, la loi sur l’asile prévoit le statut de protection S, un accueil humanitaire temporaire qui a été activé en mars 2022 pour les personnes fuyant l’Ukraine, suite à la guerre menée par la Russie. Ce statut prévoit un accès possible au marché du travail.

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner

Le « travail du sexe » étant théoriquement considéré en Suisse comme une activité légale, certaines organisations comme le réseau national de défense des intérêts des travailleuses et travailleurs du sexe en Suisse (ProCoRe), manifestent aujourd’hui leur colère devant le refus clair et net des autorités cantonales de Zûrich : « Le statut S permet aux cantons de protéger les personnes concernées d’une éventuelle exploitation. Un emploi dans le domaine du travail du sexe n’est pas compatible avec cette idée », a expliqué le service de l’économie zurichois.

Au moment où les autorités européennes et internationales lancent des messages d’alerte destinés à mettre en garde les réfugiées contre les risques d’exploitation par les proxénètes et trafiquants, les organisations censées défendre les « travailleuses du sexe » ne s’embarrassent pas de scrupules.

Le fait que les femmes migrantes soient les premières cibles des prédateurs et des réseaux criminels, dont ceux de proxénétisme, n’est pourtant plus un secret pour personne. La défense du « travail du sexe » atteint ici des sommets de cynisme. Sans sous-estimer la situation dramatique des réfugiées, est-il défendable de se débarrasser du problème en les reléguant dans des bordels ? 

Cette affaire met à jour le malaise persistant autour du statut des personnes en situation de prostitution, y compris dans les pays qui affichent un prétendu libéralisme en la matière. Le « travail du sexe » n’est pas un travail comme un autre et ne le sera jamais, ne sera jamais un travail. La décision du Canton de Zürich en est une énième preuve.

A lire également : Suisse et prostitution, le COVID-19, un révélateur ? 

Photo : Pauline Makoveitchoux

Article précédentOffre de stage auprès de notre commission juridique
Article suivantRosalie : « J’ai survécu et c’est déjà beaucoup »
Journaliste indépendante, ancienne membre de l’Observatoire de la Parité entre les femmes et les hommes, elle recueille depuis des années des témoignages de personnes prostituées. Elle a publié plusieurs livres, notamment Prostitution, une guerre contre les femmes (Syllepse, 2015) et en collaboration avec le sociologue Saïd Bouamama, Les clients de la prostitution, l’enquête (Presses de la Renaissance, 2006). Autrice de nombreux articles, elle a collaboré au Dictionnaire Critique du Féminisme et au Livre noir de la condition des femmes.