Éditorial : On se lève et on les écoute !

183

ÉDITORIAL du numéro 217 de Prostitution et Société, consacré à la parole des survivantes. 

À l’heure où nous écrivons, la stratégie interministérielle de lutte contre le système prostitutionnel est enfin annoncée pour la mi-décembre, après moult reports1)depuis la rédaction de ce texte, un report à mi-janvier a déjà été annoncé.

Nous voulons nous en réjouir. Mais nous ne pourrons plus nous contenter d’annonces et de demi-mesures.Car pour l’instant, nous sommes en rage de constater que les femmes victimes de la violence prostitutionnelle restent toujours aussi exclues de la « priorité » affichée via la « grande cause du quinquennat ».

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner

Allons-nous devoir encore longtemps marteler la même chose ? « La loi du 13 avril 2016 doit être pleinement mise en œuvre » ; « la loi protège, appliquons-la » ; « il faut
une phase deux de la loi » ; « Passons de la concertation aux actes ».

La répétition a sans doute des vertus pédagogiques mais vient un moment où elle
est surtout décourageante, pour les victimes comme pour les centaines de bénévoles
qui agissent tous les jours à leurs côtés et se heurtent à des murs.

Pourtant, tous les outils législatifs existent, notamment les « Parcours de sortie », mesure phare de l’accompagnement vers la sortie de prostitution avec des droits inédits pour les personnes victimes de prostitution et souvent seul espoir pour elles d’un autre avenir.
Mais sur le terrain, les délégations du Mouvement du Nid le constatent au quotidien, ces personnes, souvent étrangères, victimes de violences multiples, ne sont pas suffisamment entendues, voire parfois écartées des dispositifs existants.

À l’inverse, comment ne pas voir que ceux qui abusent d’elles tous les jours, les
« clients » prostitueurs, et qui sont dans l’illégalité, ne sont guère inquiétés ?
Depuis des décennies, les femmes concernées témoignent, parlent, écrivent des livre,

avec force et détermination. Mais il semblerait qu’elles n’aient pas droit à leur #MeToo.

Editorial du n°217 de Prostitution et Société, que vous pouvez découvrir en entier ici : Prostitution et Société n°217

 

Notes

Notes
1 depuis la rédaction de ce texte, un report à mi-janvier a déjà été annoncé