Vous souffrez ? C’est la loi de 2016, bien sûr !

317

Ces derniers temps, on entend beaucoup des militant·es pour la dépénalisation du proxénétisme et la création d’un « statut pour le travail sexuel », dire en toute occasion que la loi de 2016 est responsable de la précarité et des violences prostitutionnelles. La loi de 2016 (loi abolitionniste), vraiment ? Librement inspiré du Malade imaginaire de Molière, tirade du poumon.

ToinetTE (militant pro-TDS)
« Dites-moi ce qui ne va pas. Allons donc, qu’on désigne les responsables. Ah! je vous le ferai bien dire, que c’est les abolos ! Ouais ! Ces symptômes n’y correspondent pas bien, dites-vous ? Je vois bien que vous ne m’avez encore assez écouté. Qui vous a écouté jusque là ?

ARGANE (personne en situation de prostitution qui souffre de la précarité et des violences) :
-Les abolitionnistes

T : Les abolos ? Ceux-là dans mes tablettes ne sont pas étiquetés « personnes concernées » haha. De quoi disent-ils que vous souffrez ?

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner
A : Ils disent que c’est de la violence prostitutionnelle, et d’autres disent que c’est des violences faites aux femmes.

T : Ce sont tous des ignorants, c’est de la loi de 2016 que vous êtes malade !

A: -De la loi de 2016 ?

T: Oui. Que vous arrive-t-il ?

A : Les « clients » ne veulent pas mettre de masque, souvent. C’est comme les préservatifs depuis toujours, en fait.

T: Justement, la loi de 2016. –

A : J’ai quantité de blessures faites par des clients, au couteau, et des traces de coups aussi. Des cicatrices-

T : La loi de 2016 !

A : Un « client » m’a transmis la syphillis

T : La loi de 2016 !

-A: Mon proxénète m’a violée

T: La loi de 2016 !

A :J’entends encore mon père et mon frère qui me disaient que « je n’étais qu’une pute ».

T : La loi de 2016 !

A : Et quelquefois il me prend des douleurs dans le ventre, comme cette fois ou mon passeur, en 2011, m’a donné des coups alors que j’étais enceinte

T :La loi de 2016 !

A : J’ai des cauchemars, quand j’arrive à dormir

T :  La loi de 2016 !

A : Vous avez mis des annonces sur Internet  sur des sites proxénètes ? – Oui, Monsieur. 

T : La loi de 2016 !

A : Vous prenez des tranquillisants ou buvez de l’alcool pour tenir ? – Oui, Monsieur, depuis 15 ans.

T: La loi de 2016 !

A: Votre propriétaire vous a mis à la rue depuis le COVID19 ? -Oui, Monsieur, je ne pouvais plus payer le loyer.

T : La loi de 2016, vous dis-je ! La loi de 2016 ! La loi de 2016 !