Revendiquer, un pas vers la reconstruction personnelle

228

En 2019, l’organisation de la délégation s’est transformée ; les bénévoles et les personnes accompagnées ont saisit l’occasion pour définir ensemble leurs attentes. Un groupe de parole est né, composé de personnes en situation de prostitution et de membres du Mouvement du Nid. « Le Nid c’est la maison« , résument les personnes accompagnées : il faut maintenir de bonnes conditions d’accueil et d’accompagnement en dépit des aléas. Une vidéo est produite, inscrivant dans le temps la parole de chacun·e, la muant en discours.

Le groupe s’est réunit dès lors une fois par mois afin de débattre des actions et activités menées, accueillant des intervenant·es extérieurs selon l’ordre du jour.

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner

L’expérience a donné naissance à un désir de reconstruction passant par la revendication citoyenne et politique. Les femmes soulignent qu’être victime de violences, ce n’est pas demander de la compassion, mais agir pour dénoncer localement et globalement, être entendues, avoir le droit à un accompagnement de qualité.

En septembre, le groupe a reçu la syndicaliste Amandine Cormier, pour échanger sur l’édification d’une action politique ; en novembre, les participantes se sont rendues à l’exposition « Traces, mémoires, histoire des luttes de femmes de l’immigration en France des années 70 à la fin des années 90 » organisée par la Maison des Femmes de Paris. Ce travail de réflexion s’étend au Mouvement du Nid lui-même ; en octobre, le coordinateur régional, Benoît Kermorgant, a présenté au groupe le fonctionnement de l’association, sa gouvernance, ses financements.

Les temps d’échange individuel restent bien sûr la base de l’accompagnement. Ils sont menés par la travail- leuse sociale et ont pour objectif le recueil de la parole des personnes pour permettre l’évaluation globale de leur situation et de leurs besoins (logement, santé, etc.). En 2019, la délégation accompagnait 98 personnes et a mené 900 entretiens au fil de sa permanence ouverte 243 jours dans l’année. Quatre parcours de sortie ont été ouverts en 2019.