Alpes-Maritimes : davantage de permanences pour entrer en contact

294

En 2019, la délégation a mené peu d’actions de rencontre dans la rue, le soir, et offert davantage de temps de rencontre dans les locaux de la permanence, dans l’après-midi, passant à 2 à 3 permanences hebdomadaires.

Cette nouvelle organisation convient mieux aux possibilités des bénévoles pour maintenir et développer des temps d’échanges avec les personnes prostituées. En effet, l’équipe est désormais connue et les personnes s’échangent leurs coordonnées par le bouche-à-oreille, particulièrement les jeunes femmes prostituées à Cannes et Nice.

Une fois le lien de confiance établit, si la personne le souhaite, un accompagnement se met en place en fonction des souhaits et besoins exprimés ; l’équipe apporte son soutien pour préparer les rendez-vous avec l’avocat·e, la préfecture, la police, le·la professionnel·le de santé… Les bénévoles, qui travaillent en collaboration avec ALC (accueil et mise à l’abri de victimes de la traite des êtres humains) ont aussi accompagné deux jeunes filles pour leur entretien à Paris auprès de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA).

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner