Haute-Vienne : une nouvelle antenne à Limoges

442

En Haute-Vienne à Limoges, c’est la première fois qu’une équipe du Mouvement du Nid se crée. Tous nos voeux de succès à la délégation !

L’antenne, qui est marrainée par la délégation de Haute-Garonne, est née de l’initiative d’une bénévole, Ksenia Potrapielouk, autrice d’un livre, « un métier comme un autre », abolitionniste (qui va bientôt être réédité par les Editions Libre).

Haute-VienneElle a connu l’association via les réseaux sociaux, notamment Instagram, et a contacté directement le Secrétariat national pour proposer d’ouvrir une antenne. Elle a alors réuni deux autres bénévoles pour pouvoir le faire, et a travaillé avec la coordination nationale.

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner

Elle-même a « travaillé » dans des salons de massage érotique, et voit dans sa participation à l’action du Mouvement du Nid « un moyen d’aider des femmes qui subissent cette violence. Je n’ai pas bénéficié d’une aide mais je suis fière d’assumer un retournement de point de vue, du « travail » à l’abolitionnisme.

Quand j’ai pris conscience de la violence que je subissais, un nouveau champ de possibilités s’est ouvert à moi ». C’est comme si on me délivrait d’un énorme poids, que je subissais sans pouvoir poser des mots dessus ».

Premier objectif en Haute-Vienne : la rencontre

Officiellement ouverte depuis septembre, l’antenne est désormais domicilée à la « maison des droits de l’Homme » de Limoges (voir coordonnées complètes en page 35). L’équipe a déjà rencontré les responsables départementales.

Son objectif est de commencer très rapidement les rencontres sur les lieux de prostitution de rue identifiés autour de trois zones principales : Autour de la Gare avec plutôt des femmes qui viennent d’Europe de l’Est, vers la patinoire (prostitution nigériane) et enfin vers la mairie.

Une permanence hebdomadaire devrait rapidement suivre. Autre action que l’antenne souhaite mettre en place dès le début de 2023, la sensibilisation avec des ciné-débats, autour du documentarie EXIT, ou encore de Noemie dit Oui, (en avril 2023).

Enfin, la délégation souhaite rapidement pouvoir mettre en place des formations auprès des professionnel·les.

Photo de Une : la gare de LimogesPar Œuvre : Roger GonthierPhoto : Poudou: — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?curid=14896482