Bienvenue sur le nouveau site du Mouvement du Nid. Découvrir.

La rencontre

Rompre l’isolement prostitutionnel par une présence sur le terrain

Chaque semaine, dans une vingtaine de villes françaises, nos équipes bénévoles vont à la rencontre des personnes prostituées sur les lieux de prostitution. En 2018, le Mouvement du Nid a établi près de 6000 contacts avec des personnes prostituées.

Depuis la naissance du projet du Nid, il y a plus de 80 ans, sa pensée, sa méthodologie et son action se sont construites avec les personnes prostituées. C’est auprès d’elles que le Mouvement du Nid a pu comprendre le système prostitutionnel, ses causes et ses conséquences. C’est avec elles qu’il a pu concevoir ses actions de soutien, d’alternatives et de prévention.

La plupart des personnes prostituées sont très isolées. Certaines n’ont même plus aucun contact avec le monde extérieur à la prostitution : rupture familiale, rupture sociale… Dans ce contexte, le Mouvement du Nid est souvent la première étape vers une resocialisation. Nos membres se rendent sur les lieux de prostitution (trottoirs, bois, routes) et développent de nouvelles formes de rencontres (forums, SMS, petites annonces) afin d’atteindre les personnes les plus isolées, notamment sur Internet. Beaucoup de nos délégations départementales proposent également des permanences régulières, où l’on peut être reçu·e sans rendez-vous.

Notre démarche

Nous proposons notre aide inconditionnelle à chaque personne, issue ou non de la traite, française ou étrangère, homme, femme, trans ou travesti·e.

Nous n’apportons ni biens, ni services (chocolats ou café, denrées alimentaires, préservatifs, consultations…) car nous voulons proposer une relation entièrement gratuite et sans contreparties : ainsi, les personnes que nous abordons peuvent accepter ou refuser l’échange avec nous en toute liberté.

Ce sont en majorité les bénévoles qui vont à la rencontre des personnes prostituées. Le bénévolat permet un lien particulier avec elles, sur un registre différent, et complémentaire, de celui des travailleurs sociaux. Ces relations que nous établissons ne sont pas formalisées par un contrat imposé par une institution ; elles se basent uniquement sur la confiance et la volonté des personnes, sur notre implication personnelle et la leur.

« Pendant cette année de prostitution, il y avait une femme du Mouvement du Nid qui passait, Marie, mais je ne voulais pas lui parler ; je sentais l’alcool, j’avais honte. De toute façon, là-dedans, on se méfie de tout le monde. Un jour, elle m’a laissé son numéro de téléphone. J’ai dit au proxo que c’était une cliente qui me voulait pour son mari ; c’était crédible, il y avait des femmes qui venaient me voir pour m’offrir à leur mec en guise de cadeau. C’est la présence de Marie, toutes les semaines, qui a fini par me mettre en confiance. Un soir où j’étais à bout, elle a essuyé mes larmes. Elle a entendu mon appel au secours. En tout, je suis restée sur le trottoir pendant treize mois. Tous les jours, sans exception. De 22h00 à 5h00 du matin. Je buvais une bouteille entière de vodka par nuit. Les clients, ils s’en foutaient. Celle avec qui j’étais venue s’est sauvée un jour avec un client. Moi j’ai fini par appeler Marie. Avec l’autre fille, on est allées la voir ; on a pris nos fringues et on s’est sauvées. »

Mariana

Accompagnée par le Mouvement du Nid

Tours : Établir un lien, malgré les portes closes

À Tours et ses environs, deux fois par mois, de jour comme de nuit, l’équipe sillonne les quartiers de prostitution connus ainsi que les...

Eure-et-Loir : « Aller vers » à la demande des partenaires

La délégation a mis en place, à partir d’avril 2019, une sortie mensuelle sur les lieux de prostitution, réalisée par deux bénévoles et la...

Strasbourg : la traite des êtres humains omniprésente

Les bénévoles de la délégation organisent deux fois par semaine des sorties sur les lieux de prostitution, de jour comme de nuit, pour permettre...