Strasbourg : la traite des êtres humains omniprésente

409

Les bénévoles de la délégation organisent deux fois par semaine des sorties sur les lieux de prostitution, de jour comme de nuit, pour permettre des échanges avec les personnes prostituées dans la rue à Strasbourg.

Ces rencontres ont permis d’être en lien avec plus de 250 personnes représentant plus de 23 nationalités différentes. La majorité des personnes rencontrées sont des femmes jeunes voire très jeunes, originaires de pays d’Europe de l’Est ou du continent africain. La traite des êtres humains est très présente même si pour les femmes concernées cette exploitation est passée sous silence, au moins dans un premier temps. La proximité avec l’Allemagne, où le proxénétisme est légalement autorisé, banalise cet esclavage.

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner

Il suffit de passer un pont à Strasbourg pour être dans la ville allemande de Kehl. Les femmes venant d’Europe de l’Est y habitent et font l’aller-retour en tram vers Strasbourg : À Kehl et dans les villes voisines, la prostitution est interdite et il n’existe pas de bordels. Leurs proxénètes demeurent la plupart du temps en Allemagne, où la loi les protège.

La délégation constate que son effort de prise de contact avec les personnes prostituées les touche : régu- lièrement, des personnes avec qui des bénévoles ont échangé sur le lieu de prostitution franchissent la porte de la permanence d’accueil de la délégation.