Tours : Établir un lien, malgré les portes closes

344

À Tours et ses environs, deux fois par mois, de jour comme de nuit, l’équipe sillonne les quartiers de prostitution connus ainsi que les nouveaux lieux repérés au fil du temps. Le nombre de personnes rencontrées dans l’espace public – une quinzaine – reste constant depuis ces dernières années, l’équipe faisant la connaissance de cinq nouvelles personnes.

En 2019, les personnes étrangères sont plus nombreuses (60 %) que les per- sonnes françaises (40 %). Les personnes d’origine de l’Est « reviennent » en Touraine après plusieurs années d’absence.

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner

L’espace public est délaissé au profit de d’autres lieux : bars à hôtesses, salons de massage, hôtels, appart’hôtel et espaces clos. Dans l’agglomération tourangelle, un salon de massage a été condamné pour proxénétisme aggravé en 2019, à la suite d’une enquête menée l’année précédente ; deux réseaux ont été démantelés, l’un roumain, l’autre bulgare.

Malheureusement, cette action de lutte contre le proxénétisme ne s’est pas accompagnée d’une coordina- tion des acteurs pour la mise à l’abri et l’accompagnement des personnes prostituées qui l’auraient souhaité. La mission de la délégation s’en est trouvée perturbée.

L’équipe a donc conçu des plaquettes, traduites en différentes langues, diffusées dans des endroits susceptibles d’être investis par les réseaux pour y prostituer leurs victimes, tels que les hôtels et autres lieux d’accueil temporaire. Ces outils font connaître l’existence de la délégation aux personnes concernées.