FNARS :La légalisation de la prostitution renforcerait l’exclusion.

43

Réseau associatif au service des plus démunis, la FNARS fédère 800 associations et organismes publics. Elle gère près de 2200 établissements et services dont plus de 700 ont l’habilitation Aide sociale CHRS. Toutes les associations membres sont concernées, ou peuvent l’être, par la prostitution. La FNARS a donc tenu à affirmer une position claire dans son texte d’orientation de décembre 2004.

La Fnars connaît les réalités du terrain. Consciente que la prostitution est une source de violences tant personnelles que sociales, contre lesquelles il faut lutter, elle affirme son attachement au régime abolitionniste et s’oppose à la reconnaissance d’un métier de la prostitution comme à l’interdiction de la prostitution. Selon elle, la légalisation renforcerait encore l’exclusion des personnes concernées.

La Fnars demande l’abrogation de la Loi sur la sécurité intérieure qui réprime les personnes prostituées, l’application des mesures réglementaires et législatives concernant l’intervention sociale, la création d’un observatoire national, un accompagnement social adapté, un programme national d’aide et de protection des victimes de la traite, un engagement et des moyens plus forts dans la lutte contre le proxénétisme.

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner

La FNARS pose la question des mentalités et des comportements qui rendent possible cette exploitation mais aussi celle des clients, qu’elle identifie comme un des acteurs du système de violences autour de la prostitution.

L’efficacité de la pénalisation du client n’étant pas démontrée selon elle, la Fnars y préfère l’éducation, la prévention, la communication, la sensibilisation de l’ensemble de la société, en particulier des jeunes, sur la sexualité, les rapports hommes/femmes, la dignité humaine et le respect de l’autre.

Elle insiste sur la nécessité d’une prévention globale pour faire évoluer les mentalités et les représentations, dans le cadre de la lutte contre les violences, notamment sexuelles.

Elle souhaite soutenir et participer à un renforcement de la coordination des acteurs sur le thème de la prostitution et s’engage à développer la sensibilisation de l’ensemble de son réseau.

Voir en ligne le site de la FNARS.

Article précédentCLEF : une violation fondamentale des droits humains
Article suivantLe défi abolitionniste sur le terrain
Claudine Legardinier
Journaliste indépendante, ancienne membre de l’Observatoire de la Parité entre les femmes et les hommes, elle recueille depuis des années des témoignages de personnes prostituées. Elle a publié plusieurs livres, notamment Prostitution, une guerre contre les femmes (Syllepse, 2015) et en collaboration avec le sociologue Saïd Bouamama, Les clients de la prostitution, l’enquête (Presses de la Renaissance, 2006). Autrice de nombreux articles, elle a collaboré au Dictionnaire Critique du Féminisme et au Livre noir de la condition des femmes.