FNSF : Des liens certains avec les violences conjugales

142

Réseau fondé en 1987, la FNSF regroupe les associations féministes engagées dans la lutte contre les violences faites aux femmes, notamment celles qui s’exercent au sein du couple. La FNSF gère le service national d’écoute « Violences conjugales info » devenu le 3919 en 2007.

Françoise Brié, vice-présidente

Nous travaillons essentiellement sur les violences conjugales et gérons des centres d’accueil et d’hébergement. Nous avons accompagné l’an dernier 25 000 femmes.

Il apparaît que certaines de ces femmes victimes de violences conjugales — pas la majorité, certes, mais un nombre suffisant pour le relever — connaissent dans leur histoire des périodes de prostitution ; soit qu’elles y soient poussées par des conjoints violents, soit du fait de la fragilisation et de la précarisation qu’induisent les violences subies.

Recevez nos derniers articles par e-mail !
Lettres d'information
Recevez nos derniers articles par e-mail !
S'abonner

Nous constatons d’ailleurs qu’il y a toujours pour ces femmes une difficulté de parole, il faut de la confiance et du temps. Nous travaillons en partenariat et les orientons éventuellement vers des services compétents.

Pour nous, la prostitution est une forme de violence faite aux femmes, cela relève de l’évidence. La question a été débattue et notre position est claire.

Nous avons soutenu le Plaidoyer pour une Europe sans prostitution du Mouvement du Nid. Il nous semble illogique que ce soit les personnes prostituées qui subissent une pénalisation. Nous sommes favorables à celle des clients. La loi doit mettre des limites à la prostitution.

Article précédentCNDF: La prostitution, une violence réaffirmée
Article suivantCLEF : une violation fondamentale des droits humains
Claudine Legardinier
Journaliste indépendante, ancienne membre de l’Observatoire de la Parité entre les femmes et les hommes, elle recueille depuis des années des témoignages de personnes prostituées. Elle a publié plusieurs livres, notamment Prostitution, une guerre contre les femmes (Syllepse, 2015) et en collaboration avec le sociologue Saïd Bouamama, Les clients de la prostitution, l’enquête (Presses de la Renaissance, 2006). Autrice de nombreux articles, elle a collaboré au Dictionnaire Critique du Féminisme et au Livre noir de la condition des femmes.