Myriam, transsexuelle : Je n’ai pas trouvé ça spécialement dur. Après tout ce que...

Née garçon, prostituée à 14 ans, Myriam a connu un parcours éprouvant : violences, discrimination, galère ... Aujourd'hui, à 23 ans, elle tente de rompre avec le passé et attend l'opération qui fera d'elle la femme qu'elle se sent être depuis l'enfance.

Clara : Moi qui n’avais rien fait de mal, j’étais dans une prison, et...

Il me disait toujours : si j’ai quelqu'un à tuer, tu seras la première. Je me disais : ou je le tue et je vais en prison ou je me tue ; il n’y avait plus d’autre solution.

Muriel Salmona, psychiatre psycho-traumatologue

Elles crèvent, littéralement, d’être enfermées dans un no man’s land, de devoir se taire à cause de la honte et de la culpabilité.

Laurence : une descente aux enfers

Essayez de fermer les yeux, juste un instant, et de vous imaginer avoir une vingtaine de rapports sexuels par jour avec des hommes de toutes catégories socio-professionnelles, des petits, des grands, des gros, des maigres, des agressifs, des pervers, des fous, des paumés, des sado-masochistes avec des fantasmes violents. Essayez d'imaginer l'odeur de leur transpiration et de leur sexe, si nauséabonde que rien qu'à l'écrire, j'ai envie de vomir.

Fiona, 2/2 : Dans le milieu tout le monde se tait.

En onze mois, j’ai connu sept établissements. C’était en Belgique, à la frontière française. Il y a une route avec 45 bars, à vingt...
pastedgraphic-6_-_copie.png

Louise Michel, la Commune de Paris et la prostitution

Le 21 janvier 1905, une foule immense accompagnait la dépouille de Louise Michel au cimetière de Levallois. En guise de commémoration, nous vous proposons quelques citations de ses Mémoires à propos de la prostitution, ainsi que le rappel d'une initiative méconnue de la Commune de Paris visant à juguler cetteexploitation commerciale de créatures humaines par d'autres créatures humaines...

La Havane Babylone. La prostitution à Cuba

À Cuba, on appelle jinetera (cavaleuse), la femme entre treize et trente ans qui vend son corps au touriste en échange d’un bénéfice quelconque. C’est une version tropicale caribéenne et cubaine de la prostituée d’autres pays.

Violences psychologiques, violences invisibles

Beaucoup de personnes prostituées ont été victimes, durant leur enfance, de violences psychologiques. Elles ont d’autant plus intériorisé ces paroles destructrices qu’elles n’ont pas été considérées comme victimes de maltraitances. Ce déni de la violence subie peut être à l’origine de conduites auto-destructrices. Se faire mal pour ne pas s’avouer qu’on a eu mal…

Éva Clouet, doctorante en sociologie

Il y a prostitution parce qu’on attribue une sexualité différente aux hommes et aux femmes. On est incapables de la concevoir de manière égalitaire et vraiment libertaire.

#MaintenantVousSavez : écoutez la voix des survivantes

La campagne du collectif Abolition a un fort impact sur Instagram et permet de faire entendre la voix des survivantes de la prostitution, en français et en anglais.
6,317Abonné·e·sJ'aime
933Abonné·e·sSuivre
4,694Abonné·e·sSuivre
4,140Abonné·e·sS'abonner