Culture

Les personnages de femme prostituée sont omniprésents au cinéma, dans les séries ou les romans. Un détour par la culture offre des clés pour comprendre la place du système prostitutionnel dans notre imaginaire.

Se dissocier pour ne pas souffrir

La prostitution constitue et a toujours constitué un thème privilégié de la littérature. Aussi, nous a-t-il paru important de mettre en lumière la façon dont elle est dépeinte par les romanciers. Dans cette rubrique, les citations littéraires sont mises en parallèle avec les témoignages actuels des personnes prostituées, comme des clients. Une mise en perspective riche d'enseignements!

Une poupée qui dit non

Qui lit la première page de ce récit authentique et réfléchi ne peut plus s’en défaire.

Bangkok Nites

Nous avons vu "Bangkok Nites", film japonais réalisé par Katsuya Tomita, sorti le 15 novembre 2017 en France.

Chaos

Bardé d’intentions louables, le film peut-il éveiller une réelle réflexion sur les causes et les conditions de la prostitution?
capture_2014-04-23_a_12.37.16.jpg

Du balai et des hommes

L’égalité dans les soins du ménage, on le sait, avance à pas de moineau. Plus troublant : les couples en apparence «égalitaires» maintiennent vivace cette injustice, rejetant sur les femmes ce que certains appellent «le sale boulot».

Suzzan Blac : Votre souffrance est réelle.

On associe généralement à  l'art l'idée du beau, du plaisant, de l'agréable. Le tableau réussi est celui qui flatte l'œil et que l'on aimerait bien voir orner notre salon. Mais il y a une autre forme d'art qui embarrasse tant les esthètes : l'art du laid, l'art qui dérange, l'art coup-de-poing, l'art qui amplifie et met à  nu l'horreur du réel au lieu de l'embellir quand la sensibilité du public est devenue trop émoussée pour la reconnaître comme telle. L'art qu'on aimerait bien cacher ! C'est à  cette seconde sorte d'art qu'appartient l'œuvre de Suzzan Blac, une œuvre qui préfère la vérité la plus crue à  la grâce mensongère et qui hurle l'atrocité de ses expériences vécues.

Little Miss Sunshine

Une plongée lucide et hilarante au cœur d’un concours de beauté qui tourne mal.

Elles

Dans la pléiade de films récents sur la prostitution, Elles sort du lot. Sa réalisation y est pour beaucoup, frontale, froide sans être clinique. Sa première partie est assez intéressante, la deuxième est plus contestable, retournant à un discours assez convenu, comme pour s’excuser de sa prime audace.

L’Apollonide – souvenirs de la maison close

Si L'Apollonide - souvenirs de la maison close est assurément un bon film au sens artistique du terme, se pose évidemment la question de la vision et de l'esthétique des maisons de passes du début du XXème siècle qui y est développée par Bertrand Bonello. Fantasmes et réalités....

Prostitution et dignité

Sous couvert de philosophie, un plaidoyer partial, qui ne dissimule pas son peu de fondement empirique.
6,542Abonné·e·sJ'aime
933Abonné·e·sSuivre
4,694Abonné·e·sSuivre
4,140Abonné·e·sS'abonner