Reconfinement : nous sommes là pour les personnes en situation de prostitution

Communiqué de presse de l'association sur le terrain sur la situation depuis le reconfinement et les demandes en cours auprès des institutions pour qu'elles soient soutenues dans cette période difficile.

Rapport annuel 2019 : une action renouvelée auprès de toutes les victimes de prostitution

Rapport annuel 2019 : en 2019, les bénévoles et salariées de l’association ont établi lors de sorties sur les lieux de prostitution ou via...

2020 : notre action dans la tourmente de la pandémie

L'activité du Mouvement du Nid en 2020 a été bouleversée par la pandémie. Les équipes ont su répondre à l'urgence et faire face à des situations parfois terribles.

QPC : Abroger la pénalisation du client, ce serait favoriser la loi du plus...

Ce lundi 12 novembre, le Conseil d'Etat a décidé de transmettre au Conseil constitutionnel la « QPC » (question prioritaire de constitutionnalité) contre la pénalisation du recours à la prostitution d’autrui déposée par des associations militant pour la libéralisation du commerce du sexe. Dans les médias, les lobbyistes et leur avocat cherchent à faire croire que leur procédure juridique contre la loi de 2016 est motivée par la recherche de la protection des droits fondamentaux (santé, sécurité) des personnes prostituées. Mais « les arguments juridiques qu’ils ont soulevés au Conseil d’Etat sont ceux de la liberté d’entreprendre, et de la disproportion de la peine pour les clients » (qui, rappelons-le, encourent une amende quand jusqu’en 2016 les personnes prostituées encouraient une peine de prison), explique Lorraine Questiaux, chargée de mission juridique du Mouvement du Nid.

La loi prostitution doit être appliquée d’urgence, partout !

5 ans après l’entrée en vigueur de la loi prostitution, FACT-S demande d’urgence qu’elle soit mise en œuvre pleinement avec des moyens à la hauteur de son objectif : diminuer le nombre de victimes de la prostitution et approcher de l’égalité entre les femmes et les hommes. 

Appel aux dons : votre soutien est vital !

Depuis un an maintenant, les personnes prostituées sont durement touchées par la crise sanitaire et sociale et par les confinements successifs. Leur extrême précarité s’en est...

L’« assistance sexuelle » une nouvelle fois retoquée

Le CCNE a réaffirmé que "l'assistance sexuelle" n'est pas compatible avec le cadre légal relatif à la prostitution mais renvoie à la sphère politique...

En trois ans, la loi a déjà changé beaucoup de choses!

Trois ans après l’adoption de la loi du 13 avril 2016, deux mois après sa validation définitive par le Conseil constitutionnel, et alors que le Premier Ministre a rappelé l’engagement du Gouvernement dans la lutte contre le système prostitutionnel, les associations agréées par l’Etat pour sa mise en oeuvre se rassemblent pour présenter un bilan d’étape.

Légalisation de la prostitution : les Pays-bas marquent des points

L'étau européen se resserre. L'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (COE) a en effet adopté le 4 octobre, à une écrasante majorité (53 voix pour sur 69 votants), la résolution du Hollandais Léo Platvoet qui appelle les 47 États membres à se doter d'une politique "pragmatique" à l'égard de la "prostitution adulte volontaire"... Un pas de plus vers sa légalisation même si ces recommandations n'ont pas force de loi.

Abolition n’est pas prohibition!

À entendre leurs détracteurs, les abolitionnistes seraient des partisans de la répression. Leur but ? Interdire la prostitution, et pour des raisons tenant à «la morale». Cette confusion avec la rigidité des prohibitionnistes est sciemment entretenue : une arme parfaite pour disqualifier les positions abolitionnistes, qui font obstacle à la libéralisation des profits liés au commerce du sexe.
6,542Abonné·e·sJ'aime
933Abonné·e·sSuivre
4,694Abonné·e·sSuivre
4,140Abonné·e·sS'abonner